Sondage

Que pensez-vous de la nouvelle équipe de l'ALM Evreux Basket ?

Résultats

Loading ... Loading ...

Météo

Evreux
22 septembre 2014, 2 h 09 min
Clair
Clair
10°C
Vents : 2 m/s NNE
Prévisions 22 septembre 2014
jour
Partiellement ensoleillé
Partiellement ensoleillé
17°C
Vents : 3 m/s NNE
nuit
 
Prévisions 23 septembre 2014
jour
Nuages par intermittence
Nuages par intermittence
17°C
Vents : 2 m/s NNE
nuit
 
 

DOUCEUR ANGEVINE ILLUSOIRE

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Face à une équipe d’Angers bien plus consistante qu’en août dernier, mais surtout bien plus agressive, les amicalistes se sont offert leur premier succès «officiel» de la saison, au nom de cette Leaders Cup, qui les verra affronter également le club du Portel. Et ce par la grâce de deux belles accélérations, en début de match (10-2 à la 3ème) puis en toute fin de match, alors que les protégés de Vincent Lavandier étaient revenus à 79-75 (38ème) où Lahaou Konate, diabolique à deux reprises au delà de la ligne des tirs primés, a scellé la victoire des siens.

La douceur angevine, les adversaires des ébroïciens en étaient loin et Rémy Valin, qui doit toujours se priver de sa jeune recrue Isaia Cordinier, ne pouvait que déplorer les blessures de Mathis Keita (7′ de jeu) et de Pierre Étienne Drouault (11′) qui ne sont plus réapparus sur le parquet en 2ème mi-temps. Et qui doit se demander quelle équipe il va bien pouvoir aligner contre Le Portel mardi soir.

C’est Lahaou Konate, rageur dans sa pénétration, puis en envoyant Eugène Teague à l’arceau, qui va mettre son équipe sur les rails du succès (4-0) avant de récidiver en donnant à Mark Sanchez, bousculé par Antoine Belkessa (déjà!) mais impeccable sur la ligne de réparation. Guillaume Costentin glisse on se demande comment à Glenn Cosey, loin devant et dessous. Konate est encore passeur, son entente avec Sanchez fait merveille : 10-2 dés la 3ème minute, le match ne pouvait mieux commencer . Déjà en difficulté sous les panneaux, malgré la taille et le poids de ses deux intérieurs Gregg Thondique et Richie Gordon, les angevins s’en remettent à leur adresse extérieure pour revenir au score, par Belkessa puis Julien Bestron (12-9) quitte à arroser à outrance (3/13 dans les tirs extérieurs en dix minutes et … 14/45 au final contre 10/25 aux locaux !).

C’est l’incontournable Lahaou qui relancera la machine, en pénétration, puis Glenn Closey pour son premier panier primé de la soirée, mis sur orbite de très loin par … Gene Teague (17-10 à la 6ème). Sans que cela ne freine les ardeurs angevines qui reviennent une nouvelle fois au score par Bestron, Thondique et Hugo Suhard, plein de culot (17-16) avant de passer devant à 18-19 grâce à Bestron, encore lui, puis 19-20. Babacar Niang remet son équipe en route, puis Lahaou Konate à la fois au rebond défensif et à la finition (23-20). Thibaut Lonzième jette brutalement Pierre-Etienne Douault au sol et s’excuse. Sonné, l’ailier de l’ALM parvient à mettre un lancer : 24-20 à la 10ème, ce n’est pas cher payé (31-17 à l’évaluation)

Lorsque l’équipe joue à cette vitesse, le jeu s’éclaire, Babacar Niang vole un ballon pour envoyer Drouault au panier (très adroit, d’un tir très haut), Cosey y va de sa pénétration rageuse, avant de donner dessous à Sanchez, le jeu est très rapide. Lavandier demande un temps mort pour casser le rythme (30-20) mais Sanchez, qui serre le poing, insiste (32-20 à la 12ème sur un 13-0). Une fois de plus, les visiteurs vont s’en remettre à leur adresse extérieure et c’est le feu follet Hugo Suhard, diablement adroit, de près ou de loin, qui va s’y coller (32-25). Tout le monde rate à trois points (Cosey d’un côté, Suhard, Koma de l’autre) avant que l’imposant Cheikh Koma, qui met à la torture Gene Teague, par sa force (et malgré son manque de vitesse) ne relance totalement le match (32-27 puis 34-29). Rémy Valin rameute ses troupes sur le banc, mais cela ne marche qu’un temps (superbe passe de Konate à Sanchez pour un panier tout cuit). Par deux fois (Suhard puis Belkessa derrière la ligne des 6m25) se jouent de la défense locale (36-35 puis 38-37, par Belkessa à … mi-distance). Gene Teague (enfin) en force et malgré son déséquilibre, se joue de son cerbère Richie Gordon et redonne 4 points d’avance à son équipe, sur son 2+1 (41-37). Glenn Cosey, comme un chevronné, à la sirène, lui donne ce second quart temps (24-20 puis 19-17).

Gene Teague démarre fort : il intercepte, donne à Konate qui lui remet, se joue de Cheikh Koma cette fois-ci et convertit encore son 2+1 (46-37). De voleur de ballon, il se transforme en donneur de ballon, loin derrière à Guillaume Costentin, qui arme et cela fait de nouveau 10 points d’avance pour les joueurs du président Rostol (49-39). Qui enfoncent le clou par Cosey, diabolique (déjà auteur de 21 pts au bout de 30 minutes, à 7/14 aux tirs) et encore … Gene Teague, qui semble avoir trouvé le moyen de s’approcher du panier et en provoquant la 3ème faute de Koma (il convertit encore son 2+1) et en propulsant son équipe à 56-42 (25ème). Cosey répond de loin à Belkessa (59-45) avant que Thondique ne rate ses deux lancers après avoir percuté Guillaume Costentin (surpris d’être sanctionné). Il y a là comme une justice. Teague, libéré maintenant, donne à l’ALM 16 pts d’avance à 61-45 puis Konate lui donnera son plus gros écart du match (66-49 à la 28ème). Le quart temps se termine sur le raté aux lancers francs de Thibaut Lonzième, rentré dans … Guillaume Costentin à toute allure (décidément, il faut dire que le vaillant capitaine local n’hésite jamais à faire don de son corps à l’équipe). A 68-53, on voit mal ce qui pourrait arriver à cette ALM là. Sauf que l’on n’a plus revu ni Mathis Keita ni Pierre-Etienne Drouault, secoués et blessés en première mi-temps et que Rémy Valin n’a que sept hommes sous la main.

Desmond Quincy-Jones, peu vu jusqu’à présent, est contré, mais il vole un ballon derrière avant de transmettre à Konate. Bousculé par Belkassa, Lahaou ne tremble pas sur la ligne de réparation et ça fait 70-54 (31ème). Mais il est dit que l’équipe du pays de Loire est tenace, elle se rapproche en deux temps (Lonzième, de loin, 70-59, puis Belkessa, 72-62) et commence à y croire, après un nouveau tir primé de Lonzième (72-65). Les joueurs locaux semblent sur les rotules mais ont encore de la ressource, par Lahaou Konate, lucide à mi-distance et surtout par cette merveille d’action collective entre Cosey et Konate qui décale Mark Sanchez, pour le missile qui éloigne le danger (77-67). Sous les panneaux, ça frotte dur et ça joue l’intimidation (Teague provoque la 4ème faute de Koma, mais Gordon provoque la 4ème faute de Teague, qui subit son … 3ème contre de la soirée par Lonzième !) . La lucidité semble avoir quitté les locaux (mésentente Costentin-Sanchez) et les angevins se rapprochent une nouvelle fois (il faudra se méfier de cette équipe chez elle) par Gordon, à cinq mètres de l’arceau (79-75).

Il faudra un geste incroyable de Lahaou Konate, qui ramasse à la désespérée la balle, juste dans le petit coin du parquet pour armer aussitôt un tir primé qui fait mouche, mettant le (maigre) public de la soirée debout (82-75), avant de récidiver, plein centre cette fois-ci, pour clôturer l’affaire (85-75) . Le public scande le prénom de son chouchou … Si cette victoire n’éloigne pas tous les doutes, elle a au moins le mérite de lancer la saison et de maintenir une constante chère à son coach: ne jamais tendre la joue deux fois de suite.

JC

UNE BIEN TRISTE SOIREE

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

 

play-offs_ALM-Portel (19)Cette 28ème saison consécutive en LNB commence de bien curieuse manière pour l’ALM Evreux Basket.

Après une élimination prématurée et peu reluisante mardi soir à Blois en Coupe de France, les hommes de Rémy VALIN ouvraient le bal de la Leaders Cup Pro B ce vendredi soir. Dans la chaleur lourde et orageuse de la salle Jean Fourré, nous avons assisté à un petit match de basket devant une toute petite chambrée (à peine plus d’un millier de fidèles sans enthousiasme), preuve s’il en est besoin du peu d’intérêt que suscite cette nouvelle compétition sur les bords de l’Iton. Devant des angevins un peu bourrins et avec des arbitres peu inspirés et aux coups de sifflet parfois indigestes, les protégés de Rémy VALIN ont du leur salut à un sursaut de Lahaou KONATE dans les deux dernières minutes et terminent cette bien triste soirée avec deux joueurs à l’infirmerie : Mathis KEITA et surtout Pierre-Etienne DROUAULT, sans doute indisponible plusieurs semaines avec un poignet en vrac à la suite d’une agression angevine qui aura seulement valu deux petits lancers francs.

Pourtant, les coéquipiers de Guillaume COSTENTIN ont plusieurs fois pris le large, jusqu’à 17 points d’avance dans le 3ème quart temps, mais après avoir pratiqué un basket efficace et chatoyant pendant quelques minutes, ils ont régulièrement lâché prise et laissé revenir des angevins qui n’en demandaient pas tant. Le cas « Eugene TEAGUE » ne semble toujours pas résolu, l’intérieur américain de l’ALM Evreux Basket se montrant plusieurs fois à la dérive alors que ses coéquipiers persistaient à le faire jouer. Nous avons souffert avec lui en attendant le prochain match face au Portel, mardi prochain, au cours duquel il aura une très grosse carte à jouer, d’autant que les ébroïciens risquent de se présenter avec seulement sept pros…

Heureusement, l’ALM Evreux Basket aura dix jours pour se refaire une santé avant la véritable entrée en matière en championnat le vendredi 3 octobre sur le parquet de Souffelweyersheim. Les alsaciens joueront 48 heures avant un 16ème de finale de la Coupe de France face à Denain et l’on saura si l’élimination ébroïcienne aura été un mal pour un bien.

JYC

EVREUX – ANGERS : LA FEUILLE DE MATCH

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook
Leaders Cup – Poule B - 1ère Journée

ALM EVREUX BASKET 85 – 77 ANGERS BC49

(24-20) (19-17) (MT 43-37) (25-16) (17-24)

Salle Jean Fourré – Environ 1200 spectateurs

MVP DU MATCH : Glenn COSEY (ALM EVREUX BASKET)

Joueurs Min Tr/Tt 3Tr/3Tt 1Tr/1Tt Fc Fp Co RbO RbT In Bp Pd Pts Eval
Glenn COSEY* 37 8/17 2/7 5/5 3 4 0 2 8 2 3 3 23 24
Mark SANCHEZ* 31 4/10 1/6 3/4 2 3 0 2 10 1 3 6 12 19
Lahaou KONATE* 36 6/9 2/3 5/6 3 4 0 0 2 0 2 4 19 19
Eugene TEAGUE* 27 5/11 0/0 5/7 5 7 0 2 5 1 4 1 15 10
Guillaume COSTENTIN* 23 1/2 1/2 0/0 4 1 0 0 4 0 0 3 3 9
Mathis KEITA 7 2/2 0/0 0/0 0 1 0 0 0 1 0 1 4 6
Pierre-Etienne DROUAULT 11 2/2 0/0 1/2 1 2 0 0 1 1 2 0 5 4
Desmond QUINCY-JONES 15 0/2 0/1 1/2 0 1 0 2 5 2 1 0 1 4
Babacar NIANG 13 1/3 0/0 1/2 3 2 0 2 2 1 1 0 3 2
Thomas DOLOMINGO 0 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -
       
ALM EVREUX BASKET 200 29/58 6/19 21/28 21 25 0 10 37 9 16 18 85 97

 

Joueurs Min Tr/Tt 3Tr/3Tt 1Tr/1Tt Fc Fp Co RbO RbT In Bp Pd Pts Eval
Richie GORDON* 33 4/17 0/1 12/12 4 7 2 3 10 0 0 3 20 22
Antoine BELKESSA* 24 5/8 3/6 0/0 4 1 0 0 2 0 0 4 13 16
Hugo SUHARD 28 4/8 2/5 0/0 3 1 0 1 4 1 1 3 10 13
Thibaut LONZIEME 15 2/3 2/3 3/6 3 3 0 0 1 2 1 3 9 10
Gregg THONDIQUE* 30 2/4 0/0 4/8 0 4 1 3 8 3 5 1 8 10
Julien BESTRON 18 4/7 1/4 1/2 2 1 0 1 1 1 0 1 10 9
Carlos CHERRY* 12 1/2 0/0 0/0 2 1 0 0 0 0 0 2 2 3
Gaylor CURIER 1 0/1 0/1 0/0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 - 1
Cheikh KOMA* 19 1/5 0/1 2/2 4 2 0 0 0 1 2 0 4 - 1
Yannis IRID 1 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0 - 
Ahmed DOUMBIA 19 0/3 0/3 1/2 2 1 1 0 1 0 2 0 1 - 3
ANGERS BC49 200 23/58 8/24 23/32 25 21 4 8 27 8 11 17 77 78

VERS UN SECOND DEPART ?

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Trois jours après s’être fait piteusement débarquée de la Coupe de France par l’ADA Blois, une valeureuse équipe de Nationale 1, l’ALM Evreux Basket s’offre une seconde chance ce soir face cette fois à une équipe de Pro B, fraîchement promue de Nationale 1, l’Angers BC 49.

Cette saison, Rémy VALIN avait promis de jouer tous les matches à fond, quelle que soit la compétition… et la sortie de route blésoise a quelque peu semé le doute dans l’esprit des supporters. Confiants à 70 % dans les choix du coach ébroïcien (voir notre sondage), les supporters pourraient être plus nombreux à rallier le camp des « indécis » (16 %) et des « déçus » (14 %) en cas de nouvelle déconvenue.

Mais si les hommes de Rémy VALIN sont souvent à la peine loin de leur base (2 victoires – 6 défaites), ils ont fait carton plein et bonne figure lors de leurs trois apparitions à Jean Fourré avec autant de victoires aux dépens de Lille (69-53), Saint-Quentin (80-73) et surtout Angers (86-65). Les angevins ont fait un honnête parcours en préparation (5 victoires pour 3 défaites) et l’ex-MVP Richie GORDON n’avait pas manqué d’interpeller Rémy VALIN à quelques secondes de la fin du match amical le 9 août dernier, pour lui témoigner avec une certaine véhémence un esprit revanchard pour la prochaine confrontation ! Cela promet donc pour ce premier match de la Leaders Cup Pro B d’autant que l’intérieur américain de l’ALM Evreux, Eugene TEAGUE est toujours sur la sellette.

Concernant la Leaders Cup de Pro B, elle comporte 6 poules géographiques de 3 équipes chacune, qui se rencontreront en matches aller et retour. les 6 premiers et 2 des meilleurs seconds se retrouveront en quart de finale et ainsi de suite jusqu’à la finale. Le vainqueur se verra offrir une place en Play-Offs car tous ces matches de Leaders Cup de Pro B ne comptent pas pour le championnat, contrairement aux matches de Poules Géographiques la saison dernière. Nous vous laissons découvrir les six poules géographiques : Boulazac, Nantes, Poitiers – Angers, Evreux, Le Portel – Denain, Lille, Orchies – Charleville-Mézières, Saint-Quentin, Souffelweyersheim – Aix-Maurienne, Monaco, Roanne – Antibes, Hyères-Toulon, Provence (ex-Fos).

JYC

QUITTE OU DRIBBLE

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

À BLOIS SANS SOIF …

Hé oui. C’est ainsi … Ils se sont retrouvés bloqués sur la N1 à BLOIS sans provisions.

Que dire sinon qu’il y aurait du y avoir à boire et à manger pour toute l’équipe. Ce ne fut pas le cas. Patatras !

L’ALM EVREUX BASKET fait donc disette et reste sur le bord de la route sous la coupe d’une équipe plus efficace. Ça agace !

Il est vrai que si tout le monde s’y met pas en même temps, y’a pas ce qu’on appelle de l’homogénéité. Et si c’est pas homogène, pour être le MVP, y’a pas de gêne … Ce sera personne … Et le vide, ça résonne !

Alors justement, raisonnons en nous posant quelques questions.

- Un nouveau coup de « FaTeague » ?

- Comment « Cosey » à Glenn ?

- Même Babacar qui est toujours « in » prend un « Niang »…

Que se passe-t-il ?

Et que penser des 15 fautes cumulées par Guillaume, Babacar et Glenn. Ça me fait de la peine. 5 chacun, c’est pas rien.

On veut pas des rois de la baston empêtrés des paturons.

Il faut mettre de l’ordre dans vos têtes sans vous prendre le chou. Tout cela est bien brouillon.

Bon. Débrouillons l’affaire.

Au lieu de vous sentir abattus, mettez-vous tous à construire un ensemble qui, à quelque chose, ressemble.

Vous savez jouer. Qu’attendez-vous pour développer, en maturité, votre savoir-faire ?

On veut du tranchant. On en aurait déjà voulu pour une coupe franche. Mais pas de second couteau si on veut prétendre à la Haut.

MHD, fine lame au bord des larmes …

LES ECHOS VENUS D’AILLEURS

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Arminas, Arminas, Arminas… Les supporters de l’ADA ont scandé son nom pendant quelques secondes, mardi soir au palais des sports de Blois. Avant de faire silence pour lui permettre de shooter ses lancers francs. Un silence total, à une minute et demie de la fin du match contre Évreux. A une minute et demie d’une victoire qui ne hissera pas les joueurs de Mickaël Hay en Pro B. Mais qui leur permettra de jouer un vrai beau « match de gala » face au Paris/Levallois.

 «  C’est-à-dire un formidable joueur d’équipe  »

Arminas, donc. Ou Urbutis, pour ceux qui ne seraient pas de ses intimes. Bref, ce pivot lituanien que l’on pensait avoir perdu fin mai et qui nous est revenu mi-août. Samedi dernier, face à Vichy, pour son premier match depuis son opération – une arthroscopie du genou – il était resté plutôt discret. Mardi, en revanche, il a été l’un des héros de la soirée : 20 points (dont 12 dans le dernier quart-temps), 3 rebonds, 1 interception et 7 fautes provoquées en à peine 17 minutes. « On a retrouvé le Arminas que l’on connaît, résume son coach. C’est-à-dire un formidable joueur d’équipe. » Mais un joueur qui n’a pas encore recouvré la plénitude de ses moyens. « En attendant que les choses reviennent à la normale, je suis obligé de jouer un peu différemment, raconte Urbutis. Je saute moins… Et j’essaye de compenser en étant plus intelligent… » S’il saute moins, Arminas se bat toujours autant. Mardi, il a mordu dans ce match de Coupe de France, avec l’appétit d’un junior que l’on aurait trop longtemps privé de ballon. Ses stats sont là pour confirmer qu’il a été le MVP de la soirée. Mais elles ne disent rien de la formidable énergie qu’il a mis à défendre… « C’est toute l’équipe qui a mis de l’énergie dans ce domaine, corrige-t-il modestement. En attaque, on aurait pu mieux faire. Mais, en défense, on s’est tous battus. Quant à moi, j’ai abordé ce match avec beaucoup d’envie. En étant très concentré. Et je le suis resté jusqu’au bout, sur la ligne des lancers (NDLR : 6/7 dans le 4ème quart). Maintenant, on va jouer Paris ! C’est ce qu’on voulait tous. Je suis sûr que ce sera une bonne expérience pour toute l’équipe. Que cela nous aidera pour le futur. » L’ADA face au Paris/Levallois, ce sera sans doute le mardi 30 septembre au palais des sports. Un beau moment à vivre ? Mickaël Hay ne dit pas le contraire. Mais, depuis hier, il n’a plus qu’un adversaire (Cognac) et une date (samedi 27 septembre) en tête. D’ici là, Anis Gabsi aura repris la compétition et le coach blésois devrait disposer de ses dix pros : « Mardi, Brown et Manzano étaient dans le dur, physiquement. C’est la raison pour laquelle j’ai beaucoup sollicité nos extérieurs. J’avais besoin d’eux pour faire bouger le ballon. Ce que je retiens, c’est que nous n’avons pas craqué quand Évreux est revenu. Même les joueurs qui ont moins joué ont apporté quelque chose. Je suis convaincu que l’on a une très grande marge de progression. »

LE FILM DU MATCH

Cette rencontre, la formation loir-et-chérienne l’a débutée avec Monclar à la mène, Thibedore et Ferchaud sur les postes extérieurs, Manzano et Brown à l’intérieur. Et c’est d’ailleurs l’Américain de l’ADA qui se met aussitôt en évidence avec un panier et une belle défense sur son compatriote Eugene Teague.

 Le public scande le prénom d’Arminas Urbutis

Si Evreux prend provisoirement les commandes grâce à un Konate très remuant (7-9, 7ème), les Blésois terminent mieux ce premier quart, avec leurs trois petits (Cornely, Brochard, Monclar) sur le parquet – pratique pour piquer quelques ballons – et avec un Urbutis précieux, qui impose son physique… et son shoot extérieur (12-10, 10ème). Un trois-points de Brochard, une belle présence au rebond (Manzano, Monclar), de la constance en défense : trois jours après avoir pris l’eau face à Vichy, l’ADA maîtrise cette fois son sujet (20-12, 13ème). Et Monclar, lui aussi derrière la ligne des 6,75 m, oblige même Rémy Valin, le coach normand, à demander un temps mort (26-18, 17ème). Ce qui n’empêche pas l’ADA de virer avec neuf longueurs d’avance (29-20, 20ème). Oui, vous avez bien lu, ce mardi au palais des sports, Pierre Brochard et ses partenaires ont tenu une Pro B à seulement 20 points à la mi-temps ! Et Glenn Cosey, le petit meneur US du club ébroïcien, est rentré aux vestiaires avec une ligne de stats accablante : 0/5 aux shoots, 2 balles perdues, -7 d’éval… C’est pourtant bien ce même Cosey qui retrouve son shoot, sitôt le début du troisième quart, pour ramener son équipe sur les talons de l’ADA. Avant que Sanchez ne donne l’avantage aux siens (29-30, 23ème). Même si les Blésois, maladroits sous le cercle (0/8 pour Manzano après 25 minutes), ne font pas fructifier leur moisson de rebonds offensifs, ils ne se laissent pas impressionner. Et ils reprennent les commandes, quand Mickaël Hay remet Urbutis – quelle grinta ! – et ses quatre arrières sur le parquet (45-39, 29ème). A l’amorce du dernier quart, tout reste à faire (45-43, 30ème). Thibedore ajoute encore une interception à son compteur personnel, les Blésois tiennent bon en défense et Arminas Urbutis, vraiment impressionnant, est de tous les bons coups. Au point que le public scande son prénom quand il se présente, une fois de plus, sur la ligne de lancers (58-56, à 1’30 »de la fin). L’ambiance monte encore d’un cran sur un trois-points de Monclar (62-58, à 35 »). On est alors parti pour une série de fautes et de lancers dont l’ADA va sortir vainqueur. Les Blésois recevront donc le Paris/Levallois. Le match se disputera très probablement mardi 30 septembre. On en salive d’avance…

Source La Nouvelle République

BLOIS – EVREUX : LA FEUILLE DE MATCH

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook
32ème de Finale de la Coupe de France

ADA BLOIS 68 – 62 ALM EVREUX BASKET

(12-10) (17-10) (MT 29-20) (16-23) (23-19)

Palais des Sports – Environ 950 spectateurs

MVP DU MATCH : Arminas URBUTIS (ADA BLOIS)

Joueurs Min Tr/Tt 3Tr/3Tt 1Tr/1Tt Fc Fp Co RbO RbT In Bp Pd Pts Eval
Mark SANCHEZ* 28 5/12 3/9 0/0 2 0 2 0 9 1 0 1 13 19
Lahaou KONATE* 35 4/10 1/2 3/4 3 0 0 1 7 0 3 3 12 12
Eugene TEAGUE* 23 4/5 0/0 0/0 2 0 0 1 4 0 1 1 8 11
Mathis KEITA 25 4/5 1/1 4/6 4 0 1 1 1 0 3 0 13 9
Guillaume COSTENTIN* 29 2/5 0/3 0/0 5 0 0 0 5 1 1 3 4 9
Babacar NIANG 17 3/7 0/0 1/2 5 0 1 2 4 1 0 0 7 8
Pierre-Etienne DROUAULT 7 0/0 0/0 0/0 1 0 0 0 1 0 1 1 0 1
Desmond QUINCY-JONES 12 1/4 0/2 0/0 0 0 0 0 3 1 3 0 2 0
Glenn COSEY* 24 2/5 0/3 0/0 5 0 0 0 2 0 3 1 3 - 4
Isaia CORDINIER 0 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -
       
ALM EVREUX BASKET 200 24/56 6/22 8/12 22 0 4 5 36 4 15 10 62 65

 

Joueurs Min Tr/Tt 3Tr/3Tt 1Tr/1Tt Fc Fp Co RbO RbT In Bp Pd Pts Eval
Arminas URBUTIS 17 7/10 0/0 6/7 2 0 1 2 3 1 0 0 20 21
Benjamin MONCLAR* 34 4/11 2/7 7/8 3 0 0 0 5 1 3 5 17 17
Florian THIBEDORE* 23 3/4 1/2 2/4 2 0 1 0 3 4 2 2 9 14
Thomas CORNELY 23 1/5 0/3 0/0 1 0 0 1 6 1 1 6 2 10
Pierre BROCHARD 15 1/3 1/2 0/0 2 0 0 2 3 1 0 1 3 6
Anthony BROWN* 23 4/12 1/3 0/0 3 0 0 1 3 1 2 1 9 4
Malamine BAH 5 1/2 0/0 1/1 0 0 0 1 1 0 0 0 3 3
Hector MANZANO ALCARAZ* 29 0/9 0/4 1/2 4 0 0 5 10 0 1 1 1 1
Cédric FERCHAUD* 30 2/8 0/2 0/0 0 0 0 1 1 0 1 1 4 - 1
Maxime GUILLAUME 0 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0 - 
       
ADA BLOIS BASKET 200 23/64 5/23 17/22 17 0 2 13 35 9 10 17 68 75

UNE PETITE COUPE POUR COMMENCER

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

ALM-Rouen (6) (Photo EBC – Lahaou KONATE prêt à en découdre après son excellente préparation)

Mieux vaut tenir que courir à l’aube de cette nouvelle saison suspendue aux caprices d’une Ligue Nationale de Basket sur lesquels nous sommes las d’intervenir.

Alors que les instances nationales ont validé sans surprise une Pro B à 18 clubs, avec le promu Monégasque enfin accepté, le repêchage d’Orchies et une Wild Card pour Charleville-Mézières, l’ALM Evreux Basket va pouvoir débuter sa saison officielle par un petit tour de Coupe de France ce mardi soir face à l’ADA Blois pensionnaire de longue date en Nationale 1.

D’un côté, Mickaël HAY, l’entraineur Blésois et ex-joueur de Pro A jusqu’en 2007 (Angers, Chalon, Limoges, Nantes et Bourg-en-Bresse), dit aborder ce match comme un match de préparation. L’ADA Blois cumule en effet les pépins physiques depuis la reprise, ce qui explique en grande partie le bilan très mitigé des matches amicaux (2 victoires pour 5 défaites). Pour autant, les protégés de Mickaël HAY auront certainement à cœur de se racheter devant leur public après leur piètre prestation face à Vichy samedi dernier (53-72).

De l’autre côté, Rémy VALIN, l’entraineur ébroïcien, qui a annoncé en début de saison qu’il jouerait toutes les compétitions à fond. Après un bilan équilibré lors de sa préparation (5 victoires et 5 défaites), l’ALM Evreux Basket ayant quand même affronté quatre équipes de Pro A (1 victoire – 3 défaites), cinq équipes de Pro B (3 victoires – 2 défaites) et une Université Américaine (1 victoire), on s’attend à une prestation sérieuse et aboutie face à l’ADA Blois, avec un effectif normand au complet (excepté Isaïa CORDINIER dont la période de repos est prolongée jusqu’au 5 octobre) et qui a pu bien préparer cette rencontre depuis son dernier match amical disputé le 6 septembre dernier.

JYC

EN TETE DE RAQUETTE AVEC FLO PIETRUS

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

floAvant que la France n’écrive une des plus belles pages de son histoire en éliminant l’Espagne, sur ses terres, pour le compte des quart de finale de la Coupe de Monde, MHD avait croisé Florent PIETRUS à Rouen le 30 juillet dernier, à l’issue du match de préparation de l’équipe de France face à la Belgique… Propos d’actualité un mois et demi plus tard…

MHD : Bon. Dis-moi Flo … Heu … Flo, c’est bien comme ça qu’on t’appelle ?

Flo : Ouais !

MHD : Allons-y pour Flo !!! Pas mal pour ce premier match amical ! En première période, vous dormez un peu en vous réveillant par à-coups et en seconde mi-temps, vous êtes franchement toujours très très éveillés et vous finissez par gagner !!!

Flo : C’est un peu normal. Ce soir, c’est notre rentrée. Cela fait 10 jours seulement que l’on travaille ensemble. C’est l’envie de bien faire qui nous a rendus timorés au départ. On était nerveux. Et puis, on s’est bien relâché. On a mieux joué et ça s’est vu sur le score. 

MHD : Oui. c’était magnifique. Il y a eu de belles actions. Et ce soir, tu es Capitaine par intérim puisque Boris DIAW ne vous a pas encore rejoint. il est où celui-là ?!

Flo : Il est au repos. Il a eu une saison assez longue, et forcément, il a droit à un peu plus de vacances que les autres. À partir de lundi prochain, il reprend sa place de Capitaine.  

Boris DIAW a donc rejoint lundi 4 Août l’équipe de France à PAU après un repos total de 5 semaines. Comme il le souligne dans une interview accordée au journal l’Équipe, il se « sent requinqué ».

MHD : Alors, ça fait quoi d’être capitaine Flo ? Parce que, même par intérim, faut pas rigoler !

Flo : C’est sûr ! Ça fait longtemps que je fais partie de cette équipe (une dizaine d’années). Et forcément, je me sens capitaine tous les jours. Pour moi, j’ai toujours fait office de capitaine parce qu’il y a des choses à dire et les joueurs m’écoutent. Donc … voilà.

MHD : C’est donc naturellement que tu es capitaine par intérim.

Flo : Y’a pas de discussion possible !!!

MHD : Hihihihi !!!

Flo : D’ailleurs, en regardant tout ce que j’ai fait depuis mon arrivée en Équipe de France, je pense que c’est normal que je sois capitaine pour ce match.    

MHD : Et alors, quand on a été sacré Champion d’Europe en 2013, est-ce qu’on a toujours cette même envie, est-ce que ça donne confiance ?  

Flo : Oui. Sinon je ne serais pas là ! Si on n’avait pas tous envie de faire une bonne compétition, on ne serait pas là ! Ce titre de Champion d’Europe donne encore plus envie et maintenant, on a une grosse responsabilité. Et pour moi, c’est l’aboutissement de 10 ans d’efforts.

MHD : Ça fout la pression ?

Flo : Non. Pas spécialement. Et puis, c’est de la bonne pression. On sait qu’on peut rivaliser contre n’importe quelle équipe.

MHD : Et battre les Espagnols !!! 

Flo : Oui. On peut battre les espagnols. Mais chaque été est différent. À nous de faire un bon été, un bon mondial.

MHD : Avec quelques changements. En gros, vous perdez Tony PARKER (au repos), Alexis AJINÇA (forfait pour raisons familiales) et Ian MAHINMI. Vous les assumez ces changements ?  

Flo : Oui. Bien sûr. Forcément. Quand ils ne sont pas là, on ne peut pas faire autrement.   

MHD : Comment vous faites ? 

Flo : On travaille jour après jour pour essayer d’améliorer notre jeu. C’est à nous de faire en sorte que leur absence ne se voie pas trop.

MHD : Est-ce qu’ils vous appellent ? Est-ce qu’ils vous donnent des conseils ? 

Flo : Pour l’instant non, car on vient juste de commencer. Mais dès le début du mondial, ils vont appeler pour prendre des nouvelles. 

MHD : J’imagine mal Tony PARKER ne pas vous téléphoner.

Flo : Bien sûr qu’il va le faire car il va suivre le championnat. On sait très bien que c’est un joueur très important pour nous. 

MHD : Merci beaucoup pour cette interview.

Flo : Merci.

MHD

PS : Ne loupez pas sa biographie écrite avec Romain SCHUÉ : « Je n’ai jamais été petit ». Sortie le 21 Août 2014 aux Editions du Moment.

LNB : LA CHIENLIT !

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Daniel GREMONT LE CLOWN Lille 3 février 2012 1Depuis plusieurs semaines, nous assistons impuissants à la plus grande mascarade que la LNB nous ait donné de vivre depuis sa création en 1987.

Nous atteignons un tel paroxysme dans la méthode de gouvernance de la LNB sur le monde professionnel du Basket Français qu’il nous est presque impossible de revenir sur toutes ces informations, plus déconcertantes et loufoques les unes que les autres, qui parodient de manière pitoyable un monde politique environnant également dans la dérive la plus totale.

Alors que les dirigeants de la LNB sont supposés tirer le Basket Français vers le haut, garants qu’ils devraient être d’une éthique sportive irréprochable, ils cultivent le paradoxe en se préoccupant tardivement de la situation fiscale de l’AS MONACO, qui a fait débat dans d’autres disciplines sportives sans qu’il y ait eu de préjudice pour l’organisation des compétitions officielles, et en octroyant des « Wild Cards » à des clubs qui n’ont rien prouvé sportivement mais qui agitent leur chéquier et leur « Palais des Sports », plus ou moins bien remplis. On est décidément bien loin de la bourse au mérite et la voie royale est désormais ouverte pour les arrivistes de tous poils qui parviennent à leurs objectifs sans mouiller le maillot et en jouant habilement de la cupidité de « dirigeants » qui ne méritent que d’être remplacés le plus rapidement possible par des acteurs responsables et respectueux d’un sport que nous aimons presque tous.

Indiscutablement, c’est la chienlit ! De la Pro B à la Nationale 1, les voix s’élèvent dans la plus grande indifférence car il y a bien longtemps que l’on ne respecte plus rien ni personne au royaume des Shadoks qui gouvernent depuis trop longtemps la Ligue Nationale de la Bricole (en hommage à notre ami Philippe GUINCHARD, président du syndicat des journalistes sportifs, qui s’est justement lâché dans les colonnes de La Dépêche la semaine dernière). C’est bien connu, la planète basket du grand chef Alain Béral n’a pas de forme spéciale… mais plutôt une forme changeante, d’où le fameux adage que chacun connait : « Je pompe donc je suis ! ». Aucun doute là-dessus et Alain Béral pourra certainement comprendre lors de son prochain passage sur les bords de l’Iton à quel point il nous pompe et mesurer ainsi sa cote de popularité en chute libre ! En attendant qu’il soit enfin démis de ses fonctions, le grand manitou joue la sécurité : « Il vaut mieux pomper même s’il ne se passe rien que risquer qu’il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas ! ».

En attendant le prochain remaniement, chacun s’adapte comme il peut puisque des calendriers officieux précèdent l’assemblée générale qui doit les entériner, tandis que des clubs prévoyants s’assoient déjà sur des frais de déplacements engagés… logique non ?! Alors, si tout va bien, l’ALM Evreux Basket jouera le 16 Septembre à Blois (Nationale 1) pour le compte de la Coupe de France, puis le 19 Septembre à Jean Fourré face à Angers et le 23 septembre, toujours à Jean Fourré, cette fois face au Portel, ces deux matches comptant pour les Poules Géographiques (à priori l’ALM Evreux Basket sera confrontée à Angers, Le Portel, Denain, Lille et Orchies) et la Leaders Cup Pro B, qui à priori ne compte pas pour le championnat… mais là on n’a pas fini de tout comprendre !

Pour sa 28ème saison consécutive au Royaume de la Bricole, l’ALM Evreux Basket va jouer le jeu pour gagner sportivement sa place en Pro A tout en sachant que l’annonce de la construction d’un Palais des Sports flambant neuf ou l’arrivée imminente d’un très gros sponsor lui permettraient d’atteindre son objectif sur tapis vert ! C’est trop cool le basket…

JYC