Derniers articles :
Journée N° 8
Aix Maurienne85 / 88Hyères-Toulon
Antibes86 / 96Denain
Provence79 / 62 Angers
Le Portel94 / 77 EVREUX
Poitiers67 / 69Orchies
Souffelweyersheim90 / 83 St Quentin
Charleville-Mézières57 / 90Monaco
Lille97 / 64 Boulazac
Roanne89 / 78 Nantes
Journée N° 9
Aix Maurienne- / - Boulazac
Denain- / - Le Portel
EVREUX- / - Charleville-Mézières
Hyères-Toulon- / - Antibes
Lille- / - Angers
Nantes- / - Provence
Monaco- / - Poitiers
Orchies- / - Souffelweyersheim
St Quentin- / - Roanne
Classement Championnat
ptsMJVDdomextPoCo
1Monaco1587143616545
2Hyères-Toulon1587143635578
3Roanne1587143623568
4Orchies1486233568502
5Le Portel1385332657595
6Denain1385323589537
7Antibes1385332615594
8EVREUX1284431566563
9Boulazac1284422598638
10Poitiers1174322554497
11Lille1183521564603
12St Quentin1183521645694
13Nantes1183521582644
14Provence1082620597624
15Aix Maurienne1082611637682
16Souffelweyersheim1082620546592
17Charleville-Mézières981701557643
18Angers871601475525

Sondage

Pensez-vous que l'ALM Evreux Basket gagnera ses 2 prochains matches à Jean Fourré ?

Résultats

Loading ... Loading ...

Météo

Evreux
23 novembre 2014, 16 h 34 min
Ensoleillé
Ensoleillé
15°C
Vents : 2 m/s S
Prévisions 23 novembre 2014
jour
Partiellement ensoleillé
Partiellement ensoleillé
15°C
Vents : 1 m/s OSO
nuit
 
Prévisions 24 novembre 2014
jour
Surtout nuageux
Surtout nuageux
9°C
Vents : 3 m/s ENE
nuit
 
 

articles

catégorie virtuelle regroupant toutes les catégories des articles

SEQUENCE NOSTALGIE…

EBC_ALM-Fos (23)Chaque année, nous réactualisons la liste alphabétique des 271 joueurs qui ont porté le maillot de l’ALM Evreux Basket au cours des 28 saisons consécutives passées par le club en LNB. Ces 271 joueurs sont tous entrés en jeu en match officiel LNB avec le maillot de l’ALM Evreux sur les épaules.

Nous avons fait figurer en Vert le nom des 19 joueurs ou entraineurs évoluant toujours en LNB, dans un club de Pro A ou de Pro B, cette liste étant bien sûr susceptible d’évolution. Par ailleurs, nous avons signalé en Rouge le nom des 12 joueurs faisant partie de l’effectif de la saison en cours. Sans oublier les deux joueurs qui ont évolué en NBA : Bruce BOWEN et Olivier SAINT-JEAN (Tarik ABDUL-WAHAD).

Nous vous souhaitons une bonne lecture et une agréable séquence « nostalgie »

Wilfrid AKA – David ARISTEE – Jamie ARNOLD – Olu ASHAOLU – Kenny ATKINSON – Kyle AUSTIN – Oladipo AYINLA – James BANKS – Yann BARBITCH – Thierry BECCHETTI – Guillaume BECQUET – Darryl BEDFORD – Farid BELHIMEUR – Marc BENARD – Lesly BENGABER – David BERGSTROM – Saadi BESSAR – James BLACKWELL – Johan BLOT – Régis BOISSIE – David BOOTH –Christophe BOURSE – Bruce BOWEN – Flinder BOYD – Chris BRACEY – Marques BRAGG – Benoît BRAUN – Dathon BROWN – Troy BROWN – Torgeir BRYN – Allen BUNTING – Dwight BURKE – Fabien CALVEZ – Fred CAMPBELL – Stephen CAMPBELL – Bobby CATTAGE – Eric CAVELIER – Greg CAVENER – Eric CHAULVET – Ludovic CHELLE – Fabien CHENAVAZ – Eric CLEYMANS – Thomas COMPAORE – Bruno COQUERAN – Isaia CORDINIERMory CORREAGlenn COSEYGuillaume COSTENTIN – Shea COTTON – Fabrice COURCIER – Hervé COUTAND – Corey CROWDER – Karim DAHAK – Miloud DAHINE –  Philippe DA SILVA – Antonio DAVIS – Daviin DAVIS – Ralph DAVIS – Joe DAWSON – Valéry DEMORY – Thierry DESFRESNES – Aziz DIA – Moustapha DIARRA – Yamar DIENE – Amadou DIOUM – Makan DIOUMASSI – Borislav DJORDJIC – Michael DOLES – Thomas DOLOMINGO – Sasa DONCIC – Taron DOWNEY – Pierre-Etienne DROUAULT – Frédéric DUBOIS – Colin DUCHARME – Pat DURHAM – David DUTOT – Nick EPPEHIMER – Dany EVANS – Sidi FAYE – Shaun FEIN – Grégory FILET – Eric FLEURY – Pascal FLEURY – Jérôme FLORENSON – Gary FLORIMONT – Anthony FREDERICK – David FRIGOUT – Nicolas GALMICHE – Kiwane GARRIS – Stéphane GAZZETTA – Samme GIVENS – Anthony GLOVER – Josh GOMES – Joseph GOMIS – Kevyn GREEN POPOVICH – Jean-François  GRIMAULT – Mike HACKETT – Mickael HADIRI – Clevin HANNAH – James HAVRILLA – DeRon HAYES – Michael HICKS – Chris HILL – Samuel HINES – Antwan HOARD – Mérédice HOUMOUNOU – Tony HOUSIEAUX – Stephen HOWARD – Steeve HO YOU FAT – Brandon HUNTER – Antoine HYMAN – Marko JANJUSEVIC – Rolandas JARUTIS – Sébastien JASARON – Khari JAXON – Eric JOLDERSMA – Jean-Luc JOULAUD – Clarence JUILLET – Alain JULHES – Daye KABA – Charles KAHUDI – Mohamed KANTE – Mark KARCHER – Lamar KARIM – Mathis KEITA – Chris KELLY – Anicet KESSELY – Damien KINLOCH – Bougari KONATE – Lahaou KONATE – Majak KOU – Nenad KOVACEVIC – Jadranko KOVIC – André KPOKOU – Jean-Marc KRAIDY – Ales KUNC – Matt LANGEL – Robert LASLO – Michel LASME – Larry LAWRENCE – Bobby LAZOR – Jean-Emmanuel LE BRUN – Martin LE PELLEC – Cyril LECOUTEUR – Rashard LEE – Jyri LEHTONEN – José LELIEVRE – Yvon LEO – David LESMOND – Grégory LESSORT – Zeddie LOCKE – Gary LUMPKIN – Sergio LUYK – Teddy MAIZEROI – Tony MARAJO – Cédric MARIE – Paul MARIGNEY – Clément MARTIN – Sean MASON – James MATHIS – Amy M’BOMA – Spencer McKAY – Namori MEITE – Cédric MELICIE – Bob MENAMA – Clément MENDY – Patrick MET – Julius MICHALIK – Eric MICOUD – Frédéric MIGUEL – Milos MIJALJOVIC – Lance MILLER – Andrew MITCHELL – Jérôme MONNET – Derek MOORE – David MORIN – Isma’il MUHAMMAD – Sam MULDROW – Gaëtan MULLER – Patrick MUTOMBO – Abdoulaye N’DIAYEBabacar NIANG – Dayon NINKOVIC – Dyron NIX – Frédéric N’KEMBE – Joseph N’SIMA – Hughes OCCANSEY – Malik OMAR – Daniel OYONO – Bryan PAMBA – Richard PAPIN – Klemensas PATIEJUNAS – Chris PEARSON – Dwayne PERRY – Jaime PETERSON – Rashad PHILLIPS – Miguel PIERRE FANFAN – Kingsley PINDA – Fred PIPER – Gaétan PLATEAU – Goran POBRIC – Eric POOLE – Guillaume PONS – Nicholas POPE – Laquan PROWELL – Daren QUEENAN – Eric RAMBEAU – Radoslav RANCIK – Hervé RAOULT – Johan RAT – Emmanuel RAYNAUD – Drake REED – Jason REESE – Hubert REGISTER – Emmanuel RENARD – Rolan ROBERTS – Jason ROWE – Austen ROWLAND – Pascal SABLERIE – Olivier SAINT-JEAN – Samuel SAINT-JEAN – Madany SAMAKE – Lamine SAMBE – Papis SAMBE – Christian SAMY – Mark SANCHEZ – Mark SANFORD – Emmanuel SCHMITT – Matthias SCHUBLER – James SCOTT – Ahmed SEKKAÏ – Guillaume SENE – Laurent SENECHAL – Steve SEVERS – Tom SEWELL – Jason SIEMON – Jadranko SMOJVER – Williams SOLIMAN – Jeff STERN – Barry SUMPTER – Abbas SY – Franck TCHILOEMBA – Eugene TEAGUE – Damien THIBEDORE – Cheikhou THIOUNE – Ronny THOMPKINS – Benoît TOFFIN – Florent TORTOSA – Linton TOWNES – Jean-Victor TRAORE – Sambou TRAORE – Troy TRUVILLION – Franck VAN HERREWEGHE – Jean VEILLET – Georges VESTRIS – Philippe VON BUCHWALDT – Paul VRIND – Ivan VUJICIC – Stéphane WAGNER – Bobby-Anthony WALKER – Calvin WATSON – John WHEELER – Claude WILLIAMS – Roderick WILMONT – Voise WINTERS – Jeremiah WOOD – Horace WYATT – Laurent ZAKNOUN – Patrick ZAMOUR – Andrej ZELENBABA – Michael ZENO

JYC

LES VRAIS ECHOS VENUS D’AILLEURS

ALM-Orchies_18-11-2014 (6)Il y a des soirs comme ça, où tout sourit. C’était le cas vendredi pour l’ESSM dominant Evreux (94-77) qui lui a souvent fait des misères à domicile. Idéal avant deux déplacements difficiles à Denain et Roanne.

À la pause, la messe était dite (61-35, 20ème). Et même si le basket est un sport riche en rebondissements, le sérieux et l’intensité mis par Coleman et consorts à la reprise n’a pas laissé le moindre petit espoir à des Ebroïciens sans solution (79-39, 27ème).

Alors même si la fin de rencontre était moins bonne avec un banc pas encore au niveau, tous pouvaient afficher un large sourire sur les coups de 22 h vendredi.

« Pendant 30 minutes, on a réalisé un match comme je l’attendais depuis un moment », confie l’entraîneur portelois Eric Girard. « Nous n’avons pas commis d’erreur défensive et en attaque, on a su alterner le jeu rapide et le jeu posé pour faire travailler cette équipe d’Evreux sur de longues séquences. Pendant 30 minutes, on a un excellent ratio balles perdues – passes décisives. »

Le constat est identique chez le coach ébroïcien Rémy Valin. « Le Portel a tout sanctionné avec une adresse phénoménale dès le début. Ils nous ont puni sur toutes les opportunités qu’ils ont eues. On connaissait leurs points forts mais on n’a pas été capable de les arrêter. On n’a pas su mettre de pression sur leur rebond défensif pour empêcher leur jeu rapide. A moins 40, j’ai essayé de garder les gars mobilisés avec l’objectif de ne pas encaisser 100 points. On y arrive en faisant une press, en prenant des temps morts et avec un bon passage de Cordinier. »

C’est le seul petit bémol de la soirée. Dans un contexte hyper positif, on a vu que le banc stelliste était en-dessous. « Je ne veux pas faire la fine bouche mais si on veut voir plus haut et avoir un rôle intéressant dans ce championnat, ils devront apporter plus avec les matches qui vont s’enchaîner », conclut Girard.

Avec 5 victoires pour 3 défaites, l’ESSM est en tout cas dans de bonnes conditions pour aller défier Denain avec qui elle partage la 5ème place avant la double confrontation avec Antibes en Leaders Cup et un périlleux déplacement à Roanne.

Hubert COZE (CLP)

CONTRECOUP FATAL

ALM-Orchies_18-11-2014 (11) (Photo EBC/BL – Le jeune international Isaia CORDINIER pourrait bien marcher sur les traces de Lahaou KONATE…)

L’ALM Evreux Basket a pris une déferlante dans la petite salle Giraux-Sannier de Saint-Martin Boulogne vendredi soir !

Sonnés d’entrée face à une ESSM Le Portel euphorique, les jambes lasses après la guerre de tranchée gagnée de haute lutte 72 heures plus tôt face au leader Orchésien, les coéquipiers de Guillaume COSTENTIN sont tombés sur des adversaires sereins et reposés qui ne leur ont laissé aucune chance. Les Ebroïciens ont pris une avalanche de paniers sans trouver la moindre parade et ont été balayés par les flots avec déjà un score évocateur à la mi-temps (61-35). L’écart allait même atteindre la quarantaine de points lors du second acte mais la messe était dite depuis belle lurette ! Tandis qu’Eric GIRARD décidait de faire jouer ses hommes du banc, Rémy VALIN laissait sur le parquet ceux qui avaient encore à cœur d’adoucir l’addition ou qui avaient besoin de temps de jeu pour mieux s’épanouir dans les semaines à venir.

On le savait, ce n’est pas une réelle surprise, l’équipe de l’ALM Evreux est en plein chantier et il faudra sans doute encore quelques semaines avant d’espérer stabiliser le navire. Pour l’occasion, les normands se sont présentés à 10 joueurs Pros, Florent TORTOSA ayant rejoint Blois en Nationale 1 à l’issue de son excellente pige avec l’ALM Evreux en Pro B. De fil en aiguille c’est le jeune international Isaïa CORDINIER qui a pu tisser sa toile pendant 15 minutes avec une belle réussite à la clé (10 points à 100 %, 1 contre, 1 interception, 2 passes, aucune balle perdue avec un beau 14 d’évaluation). Après une longue période au cours de laquelle CORDINIER a du ronger son frein pour soigner une blessure, il a montré dans le nord que l’on pourrait compter sur lui désormais et que l’étendue de son talent surprendrait certainement plus d’un supporter ébroïcien.

Dans le nord, c’est un peu la « French Team » qui a fait le boulot avec en particulier le cinq NIANG, KONATE, CORDINIER, KEITA, DROUAULT (59 points à 70 %, 8 rebonds, 11 passes, seulement 7 ballons perdus et 67 d’évaluation). Bien sûr les regards se portent sur le trio américain COSEY, TEAGUE, MULDROW qui rend une pâle copie (13 points à 36 % pour une évaluation de 14) face à leurs compatriotes portelois COLEMAN, DONALDSON, SAFFORD (45 points à 68 % pour une évaluation de 53). Certes, l’on sait qu’une triplette US doit généralement compiler plus de 35 points pour s’offrir le gain du match mais il faudra du temps au temps pour qu’Eugene TEAGUE poursuive sa montée en puissance, pour que Sam MULDROW reprenne le rythme de la compétition après huit mois d’inactivité (c’est un peu mieux à chaque sortie et il a marqué vendredi soir ses premiers points), enfin pour que Glenn COSEY parvienne à faire jouer l’équipe (c’est sans doute lui qui dispose de moins de marge de manoeuvre pour se remettre sur les rails).

Du côté des rookies, seul Glenn COSEY commence à inquiéter et on ose espérer qu’il montrera un autre visage lors des prochains matches et qu’à l’instar de Gene TEAGUE il saura se remettre en question rapidement. 

Il convient de rester lucide pour bien comprendre qu’avec une équipe recomposée à 70 %, très jeune et peu expérimentée, rien n’est définitivement acquis.

JYC

LE PORTEL – EVREUX : LA FEUILLE DE MATCH

Championnat de Pro B 2014-2015 – 28ème Saison en LNB

8ème Journée – Vendredi 21 novembre 2014

ESSM LE PORTEL 94 – 77 ALM EVREUX BASKET

(26-12) (35-23) (MT 61-35) (22-16) (11-26)

Salle Giraux-Sannier – Environ 1400 spectateurs

Arbitrage de messieurs BOIRIVANT & EL FAIZ

MVP DU MATCH : Dominique COLEMAN (ESSM LE PORTEL)

Joueurs Min Tr/Tt 3Tr/3Tt 1Tr/1Tt Fc Fp Co RbO RbT In Bp Pd Pts Eval
Babacar NIANG 25 7/8 0/0 2/2 2 3 0 1 3 0 3 2 16 17
Lahaou KONATE* 26 3/6 2/3 6/6 2 6 0 1 3 2 1 0 14 15
Isaia CORDINIER 15 3/3 1/1 3/3 1 2 1 0 0 1 0 2 10 14
Mathis KEITA 15 4/6 1/2 1/1 0 1 0 0 2 0 3 5 10 12
Pierre-Etienne DROUAULT 19 4/7 1/3 0/0 2 0 0 0 0 1 0 2 9 9
Eugene TEAGUE* 15 3/5 0/0 1/1 3 3 0 1 3 0 2 0 7 6
Sam MULDROW 24 2/4 0/0 1/2 1 1 1 0 2 0 0 1 5 6
Guillaume COSTENTIN* 19 0/1 0/1 2/2 3 1 0 1 2 1 2 1 2 3
Glenn COSEY* 26 0/5 0/4 1/2 1 1 0 1 7 1 2 1 1 2
Sambou TRAORE* 16 1/4 0/0 1/2 1 2 0 1 3 1 2 0 3 1
       
ALM EVREUX BASKET 200 27/49 5/14 18/21 16 20 2 6 25 7 15 14 77 85

 

Joueurs Min Tr/Tt 3Tr/3Tt 1Tr/1Tt Fc Fp Co RbO RbT In Bp Pd Pts Eval
Dominique COLEMAN* 26 8/10 1/1 0/0 2 2 0 0 1 5 0 5 17 25
Mathieu WOJCIECHOWSKI 14 5/5 1/1 0/0 5 0 0 1 2 1 0 4 11 18
Jakim DONALDSON* 20 3/3 1/1 6/7 1 4 1 0 3 0 0 2 13 18
Gary CHATHUANT* 23 7/12 4/7 2/2 1 1 0 2 2 2 1 0 20 18
Benoit MANGIN* 30 2/3 2/3 0/0 0 4 0 0 3 2 5 9 6 14
Justin SAFFORD 25 6/12 1/2 2/2 2 1 0 0 1 0 0 0 15 10
Mehdi CHERIET* 23 2/8 1/5 0/2 1 3 0 2 7 1 2 3 5 6
Tom FOUCAULT 13 2/4 0/1 0/0 3 0 0 0 0 1 0 1 4 4
Martin NGALORO 10 1/3 1/1 0/0 3 1 0 0 0 0 0 0 3 1
Jimmy DJIMRABAYE 16 0/0 0/0 0/0 2 0 0 0 0 1 0 0 0 
Florian GALLOO 0 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -
ESSM LE PORTEL 200 36/60 12/22 10/13 20 16 1 5 19 12 9 24 94 114

QUITTE OU DRIBBLE

ALM-Orchies_18-11-2014 (26)Le BCO tombe de HOOOO !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Les Orchésiens échouent d’un rien qui fait toute la différence pour EVREUX.

On n’en croit pas nos yeux ! On s’est fait les premiers !!!

C’est mérité – même si c’est inespéré – car, finalement, ils n’ont jamais décroché, nos joueurs préférés !!!

ORCHIES cuit à la vapeur d’un point dans les trois dernières secondes par nos terreurs. Match brûlant, remuant, où il fallait être résistant.

Le mental, c’est fondamental pour se sortir de n’importe quelle embrouille surtout quand on n’est pas face à un plat de nouilles.

Les voici au PORTEL, ce vendredi soir, les chasseurs de victoires. S’ils s’épanouissent dans l’extrême difficulté, on va commencer à s’amuser.

MHD, revigorée !

LE JOURNAL DE PRO B

EBC_ALM-Fos (23)AIX-MAURIENNE – N’JOYA renforce le club savoyard

Pour pallier à l’absence longue durée d’Ulysse ADJAGBA (21 ans, 1.83 m), victime d’une rupture des ligaments de la cheville et qui vient de se faire opérer, Aix s’est offert les services de Seidou N’JOYA (25 ans, 1.88 m) jusqu’à fin Janvier 2015. Le natif de Yaoundé (Cameroun) connaît bien la division pour y avoir disputé 95 matchs sous les maillots de Boulazac et Bourg-en-Bresse ces trois dernière saisons. L’an passé, en Périgord, le meneur de jeu tournait à 4.8 points (à 37 %), 2.5 passes pour 4.7 d’évaluation en 20 minutes et 44 rencontres.

LILLE – ZAKI prolongé jusqu’à la fin de la saison

Engagé initialement jusque mi-Novembre pour suppléer à la blessure de Chrislain CAIRO, Roger ZAKI (26 ans, 2.14 m) a vu son contrat être reconduit jusqu’au 30 Juin 2015. Le staff lillois a semble-t-il été convaincu par ses performances au cours de sa  »pige ». Pour l’heure, en 7 matchs, le nigérien vaut 6.3 points (à 35 %), 4.2 rebonds, 1.1 contre pour 6 d’évaluation en 20 minutes. ZAKI partagera donc le poste 5 avec CAIRO et KALE (de retour à l’entraînement dans 1 semaine) jusqu’à la fin de la saison.

ORCHIES – PETROVIC  »out », le BCO engage NEWSON

Djordje PETROVIC (30 ans, 2.02 m) n’a plus disputé le moindre match depuis le 1er Novembre et la réception du Hyères-Toulon Var Basket. L’ailier-fort serbe ressent des  douleurs au dos. Le BCO a donc décidé d’engager un étranger bien connu de la Pro B, en la personne de Jared NEWSON (30 ans, 1.96 m). Cet ailier très athlétique a évolué successivement à Hyères-Toulon (2012-2013) où il présentait un bilan convaincant de 14.7 points, 6 rebonds, 1.5 passe, 1.6 interception pour 14.9 d’évaluation en 36 minutes puis est parti la saison suivante à Saint-Vallier, où il n’est resté que jusqu’à la fin de l’année 2013, soit toute la phase aller du championnat. Sous les ordres de Laurent PLUVY, le natif de Belleville (Illinois) tournait à 11.7 points, 5.2 rebonds, 1.3 passe et 1.4 interception pour 12 d’évaluation en 29 minutes. NEWSON arrive tout droit d’Allemagne, où il vient d’être coupé au bout de 4 rencontres par le club de Crailsheim Merlins (dernier de la 1ère division allemande). Il est qualifié pour le déplacement, ce soir, à Poitiers.

AS 

LES VRAIS ECHOS VENUS D’AILLEURS

Leaders Cup_ALM-Portel (3)Après une semaine marquée par deux succès contre Provence et Angers, Le Portel retrouve un bilan positif (4 victoires et 3 défaites). L’occasion de faire un petit point avec l’entraîneur Éric Girard avant la réception d’Évreux vendredi.

- Quel petit bilan intermédiaire faites-vous après les deux victoires ?

« On voit que nous perdons de très peu à Boulazac malgré un excellent match offensif mais on a manqué de banc et d’expérience. L’année dernière nous avions Armand Charles et Roger Zaki qui comptabilisaient 500 rencontres de PRO A/B comme 8ème et 9ème joueur. Cette année, nous étions obligés de faire des paris avec Martin (Ngaloro) et Jim (Djimrabaye) qui a comme expérience une trentaine de matches avec 10 minutes de temps de jeu en moyenne. Donc la différence est énorme. Nous gagnons deux matchs difficiles contre des équipes actuellement mal classées. Aujourd’hui, il faut prendre le large avec les équipes de bas de tableau pour assurer le maintien le plus vite possible. Cela serait trop facile et miraculeux de baisser d’autant la masse salariale et de pouvoir viser mieux. »

- Y-a-t-il un objectif de classement qu’on peut clairement fixer ?

« Assurons dans un premier temps le maintien pour ne pas vivre ce qu’ont vécu Orchies et Antibes afin de rentrer sereinement dans notre nouvelle salle. Ensuite, on verra l’évolution des jeunes et si le top 8 est jouable. Enfin, trouvons à Giraux-Sannier une dynamique positive où le groupe, accompagné des supporters, doit désormais être intraitable. Ne nous fixons pas de limites mais soyons conscient des nôtres. »

Source La Voix du Nord

EN TETE DE RAQUETTE AVEC SAMBOU TRAORE

Interview « retrouvailles » de Sambou TRAORÉ après le match contre ORCHIES du mardi 18 Novembre 2014

EBC_ALM-Fos (8)MHD : Oh les mecs, vous avez eu un bol sur ce coup-là !

Sambou : Non. Faut pas dire ça. On est allé le chercher ce match. Pierric POUPET a raté ses 2 lancers-francs à 17 secondes de la fin suite à la pression qu’on a mise durant tout le match. Et on a su saisir notre chance avec Glenn COSEY qui met le panier de la victoire à la fin du match.

MHD : C’est génial !

Sambou : Super. Tranquille.

MHD : Tout le monde défend bien, donc le score monte pas (9-10 au premier quart …), ils jouent quand même vite et, en plus, ils lisent dans vos cartes … 

Sambou : Leur force, c’est le jeu rapide. Après, ils savent – comme tout le monde – qu’on a du mal sur la zone et, par conséquent, ils ont été en zone pendant pratiquement tout le match. Maintenant, à nous de travailler la zone et de faire circuler la balle. Et puis ce soir, on perd 24 ballons. C’est dire qu’on a beaucoup, beaucoup de travail à faire sur cette perte de balles. Certes, on défend bien, mais derrière, on perd beaucoup de ballons, ce qui fait qu’on défend encore plus et c’est une grand perte d’énergie.

MHD : En même temps, ce soir, jamais vous ne désarmez, toujours vous y croyez ! 

Sambou : Oui. Bien sûr. Tant que les 40 minutes ne sont pas écoulées, on y croit toujours. Même si a un moment, MELS met un 3 points qui nous tue … Mais 6 points d’écart à rattraper, c’est rien en une minute et quelques …

MHD : Quand même … C’était terrible. On est à 3 minutes environ de la fin du match, vous êtes menés 41- 44 et MELS plante ce tir à 3 points et creuse l’écart (41-47) …

Sambou : On n’a pas lâché à ce moment-là. On y a cru et voilà … ça a payé.

MHD : Certes, toute l’équipe était soudée et à fond mais, toi, tu as particulièrement bien joué et bien tenu la baraque.

Sambou : À un moment donné, j’ai pris mes responsabilités. Aujourd’hui, c’était moi. Après, Glenn a fini le travail. Sans oublier Lahaou qui a mis des paniers importants.  

MHD : Notamment, en fin de match, ce qui vous permet de revenir au score.

Sambou : On va dire qu’à la fin du match, tout le monde a pris ses responsabilités et on a bien joué.

MHD : Et vous gagnez d’un point contre les premiers du championnat (48-47) ! Ils ont un peu lâché à la fin ?

Sambou : Non. Ils n’ont pas mis les paniers qu’il fallait.

MHD : C’était incroyable !

Sambou : C’était un beau match avec beaucoup d’intensité sur le terrain; ce qui explique ce score très très bas.

 MHD : Ah bah ça !!!

Sambou : HiHiHi … C’était un match défensif.

MHD : C’était dingue. Le score n’évoluait pas pendant des minutes entières …

Sambou : Surtout au premier quart-temps. Mais en deuxième mi-temps, ça a mieux joué qu’en première mi-temps où il y a eu beaucoup de maladresse.

MHD : Un beau résultat.

Sambou : On a la victoire. C’est bien.

MHD : Je crois que vous les avez embrouillés en étant brouillon … parce vous avez été brouillons !

Sambou : Oui. Bien sûr. C’était très brouillon. 

MHD : Peut-être un avantage finalement … vous les avez surpris dans un registre inattendu …

Sambou : Oui, en défense mais à un moment, malgré tout, l’arbitre en début de troisième quart a été un peu olé olé … Il siffle l’intentionnelle, il siffle 4 fois … On devait garder la balle, c’est ORCHIES qui la récupère … Mais on est resté dans le match. On n’a pas lâché. On gagne. Et là, c’est parti. Le coach a dit qu’il fallait qu’on gagne les 2 matches à la maison (c’est fait). Vendredi, on est au PORTEL. On sait que pour gagner, il faut maintenir une bonne intensité défensive pendant tout le match.

MHD : Hé oui. C’est la clé. Ah, les bons vieux clients en interview, ça fait toujours très plaisir de les retrouver … Merci. 

Sambou : Hahaha ! À bientôt.

MHD

L’INTERVIEW D’EN FACE

Rodrigue MELS, très fair-play, après le match contre ORCHIES du mardi 18 Novembre 2014

ALM-Orchies_18-11-2014 (21)MHD : Bonsoir Rodrigue. Vous y avez mis du coeur dans cette équipe d’ORCHIES et tout le monde vous voyait gagner ce match. Et retournement de situation dans les toutes dernières secondes avec ce panier de Glenn Cosey qui nous donne la victoire d’un point (48-47). C’est dur pour vous.

Rodrigue : C’était une guerre en défense qu’EVREUX vient de remporter. 

MHD : Oui. Les deux équipes défendent à fond, mais vous lisez bien dans le jeu d’EVREUX et vous êtes plus rapides.

Rodrigue : D’un côté, on était avantagé et c’est vrai qu’on avait bien bossé les vidéos d’EVREUX, mais avec les arbitres, on n’était pas si avantagé que ça. Et on a eu du mal. C’est bien de défendre mais en attaque aussi, il faut marquer et si on ne marque pas, la défense, ça ne sert à rien. 

MHD : Oui mais vous avez eu du mal à marquer parce que nous, on défendait bien.

Rodrigue : Oui. Aussi. Voilà.

MHD : Alors quoi … vous y avez cru trop tôt ?

Rodrigue : On croit toujours en ce qu’on fait. Je pense qu’on méritait de gagner ce soir mais ce n’était pas en notre faveur. On oublie et on passe au prochain match.

MHD : Mais qu’est-ce qui vous a manqué … à part les 2 lancers-francs loupés par Pierric POUPET à 17 secondes de la fin … qui va finir la soirée à courir derrière le bus peut-être …

Rodrigue : Un peu plus d’attaques, de shoots, de contre-attaques.

MHD : C’est vrai que les shoots, ça monte pas ce soir …

Rodrigue : On n’a pas mis ce soir, on n’a pas mis …

MHD : Une bonne leçon qui s’appelle … acquérir de l’expérience …

Rodrigue : Et voilà …

MHD : C’est comme ça qu’on progresse. Bon courage. Vous êtes une belle équipe.

Rodrigue : Merci.

MHD : Merci à toi.  

MHD

EVREUX RECOLLE AU TOP 8

ALM-Orchies_18-11-2014 (14) (Photo EBC – Sambou TRAORE a pesé de toute son expérience pendant tout le match)

«Mais non, 48-47, ce n’est pas le score à la mi-temps, voyons, c’est le score final». Ah bon ! Mais à la mi-temps, il était de combien le score, alors, 14-21 ? Vous ne rigolez pas ? Quand deux équipes se craignent autant, ou plutôt lorsqu’elles ne sont pas sûres de leurs propres forces, cela donne cette bouillie de basket pour l’esthète de ce sport, faite à la fois de maladresses incroyables en attaque et de gestes décisifs en défense pour empêcher l’adversaire de marquer. Qu’au final, l’ALM Évreux de Rémy Valin l’ait emporté tient du miracle, véritable hold-up. Songeons que cela n’est qu’à ce moment, à 48-47, que l’ALM a été devant. A cinq secondes du terme !

S’il fallait en passer par là pour démontrer à ses hommes que pour gagner des matches, il faut d’abord savoir défendre et ne jamais laisser son adversaire s’envoler, Rémy Valin a fait fort, mardi soir. Comme il l’avait fait lors de la soirée précédente et la victoire 71-56 sur Fos sur Mer. Déjà un modèle dans le genre. Bon, connaissant le bonhomme, il s’agissait surtout de montrer du caractère, ce n’est pas lui qui a ordonné à ses joueurs de tant rater («Plus tard, on les gagnera en attaque, pour l’instant on doit déjà les gagner en ne lâchant rien»). Les puristes n’y ont sûrement pas trouvé leur compte, mais les techniciens de ce sport y auront sûrement vu en vérité une grande ambition («Plus tard on offrira un autre visage, pour l’instant, ce qu’il nous faut, c’est gagner, gagner à tout prix »).

Jamais sans doute, de son histoire, l’ALM Évreux n’avait vécu une telle parodie de basket, faite d’une telle gabegie aux tirs : un horrible 10/30 pour une équipe devant au score (celle d’Orchies). Et surtout un nullissime 5/27, pour ce qui la concerne, dont il faut exclure Florent Tortosa, le seul joueur sur le parquet à avoir réussi son tir extérieur lors du premier acte (pour sa seule minute sur le terrain). Lire la ligne de stats des vingt joueurs ayant foulé le parquet à ce moment du match faisait peur, avec des évaluations allant de 3 (Guillaume Costentin et Glenn Cosey) à -6 pour Babacar Niang à Évreux et de 8 (Chris Daniels) à -1 pour Ibrahim Saounera et Alexis Tanghe à Orchies. Les amicalistes ont été sans cesse à la traîne, 2-6 à la 5ème puis encore 9-10 à la 10ème et … 9-15 au bout de 15 minutes. A la mi-temps, le débours de sept points pouvait sembler rédhibitoire si le match s’était poursuivi sur une telle «veine», avec ce score digne d’un match de poussins apprenant le métier. Sonné et catastrophé par un tel spectacle, le public de la salle Jean Fourré n’attendait rien de bon du second acte : «C’était incroyablement nul, tu te rends compte, 14 points en une mi-temps, je n’avais jamais vu cela» se scandalisait ce fidèle supporter. Reste qu’un match de basket, c’est aussi une partie de poker et que le nombre de fautes (déjà 3 pour Poupet et Daniels) ne pouvait que desserrer les étreintes et libérer le jeu…

ALM-Orchies_18-11-2014 (3) (Photo EBC – Remis du décalage horaire mais encore à cours de compétition, Sam MULDROW a délivré une prestation prudente mais sérieuse avec 1 contre et 3 rebonds bienvenus)

Les chiffres ne trompent pas, à son horrible 5/27 aux tirs des deux premiers quarts temps succède un bien plus réjouissant 7/12 au retour sur le parquet, tandis que les ébroïciens maintiennent leur main de fer en défense, scotchant l’équipe d’Orchies dans sa maladresse générale (6/18 pour eux, toujours à 33%). Il n’en fallait pas plus pour que l’équipe locale recolle au score. Et pourtant, ce ne fut pas si simple que cela, Rodrigue Mels, pour le premier tir primé de son équipe, propulse d’entrée les siens à +10 (14-24 à la 22ème) avant que les locaux ne signent enfin leur révolte par son feu follet Pierre Étienne Drouault tout d’abord, puis Gene Teague sur la tête de Chris Daniels. Sauf que cela ne faisait pas avancer le schmilblick, puisque Josh Alexander et Chris Daniels, rugueux, leur avaient répondu (18-28). Le tenace Gene Teague relance la machine et surtout donne un autre visage au match, en provoquant la 4ème faute de Chris Daniels, le meilleur joueur adverse, même s’il ne convertit pas son 2+1 (20-28) puis Sambou Traoré y va de sa course folle vers l’arceau (à 36 ans !) poussé par Tanghe, il ne fléchit pas sur la ligne de réparation. Avant de prendre la balle dans les mains d’Alexander pour envoyer la mobylette Drouault à l’arceau, qui remettait les siens dans le match en bonifiant son panier (25-28). Mais il était dit, décidément, que cette équipe d’Évreux avait décidé de se compliquer la tâche. Lahaou Konate vole bien un ballon, mais ne le fructifie pas en ratant son tir dans la foulée (0/6 pour lui, à cet instant). Pierre Étienne Drouault est bien présent au rebond offensif pour conserver le ballon, mais c’est alors Glenn Cosey qui a une bien mauvaise inspiration avec sa passe ratée, le véloce Rodrigue Mels en profitant pour envoyer Nicolas Taccoen au panier, 25-30, puis bientôt 25-32. Tout est à refaire à nouveau. Le coach rappelle son jeune meneur américain sur le banc (qui, on le verra plus tard, sera décisif, non seulement par son panier de la gagne, mais aussi par ses trois offrandes à ses partenaires). L’écart n’a toujours pas bougé, Orchies fait de la résistance. Konate, s’il n’a pas de réussite individuelle, donne à Sambou Traoré, lequel, sans hésiter, arme son tir à mi-distance, c’est reparti, d’autant que Gene Teague met ses deux lancers (ouf !) sur la faute de Taccoen, de même que Drouault, après une longue période de flottement (31-32 à la 29ème). Il faut croire que quand tout devient plus simple à nos jeunes joueurs locaux, cela ne leur convient pas. Mathis Keita est sanctionné d’une anti-sportive sévère (mais surtout évitable) qui permet à Saounera de reprendre ses distances. L’ALM n’est toujours pas parvenue à passer devant. Mais la passe-laser incroyable, vu la distance, de Costentin à Niang ranime l’espoir (35-36 au bout de ces 30 minutes de jeu).

ALM-Orchies_18-11-2014 (19) (Photo EBC – Eugene TEAGUE n’a rien lâché et a confirmé sa montée en régime) 

Dans le quatrième quart temps, là encore, les choses ne vont pas être simples. Les joueurs du président Rostol vont encore rater leur entame et se rendre les choses difficiles. Le roi du contre local, Sam Muldrow, est contré comme un débutant, Guillaume Costentin, furibard, est renvoyé sur le banc avec sa quatrième faute et ce sont nos hôtes nordistes qui s’engouffrent dans la brèche pour porter le score de 35-36 à 35-44 à la 34ème. Mais s’il y a une valeur dont est dotée cette équipe, c’est celle de l’orgueil et de la haine de la défaite. Sambou Traoré, plein centre, à quatre mètres, s’y met le premier (merci à lui) bientôt suivi par Drouault, imperturbable sur la ligne de réparation et Sambou remet cela, après un petit pas de côté (re-merci à lui) et cela fait 41-44 à la 36ème, tout est toujours possible dans ce drôle de match. Sauf que Hitchcock a remplacé Rémy Valin sur le banc. Lahaou Konate rate … ses deux lancers francs. Qu’à cela ne tienne, Teague puis Traoré dans un deuxième temps, sont au rebond offensif, mais Glenn Cosey fait gamelle sur son tir de loin. L’équipe dans sa totalité est encore au rebond offensif, mais c’est Konate qui fait gamelle à son tour. Sort, quand tu nous tiens ! Ce diable de Mels en profite pour le réussir, son tir de loin, lui et ça fait 41-47. Aie aie aie ! D’autant que dans la foulée, le panier de Konate est refusé pour un pseudo marcher (quel drôle d’arbitrage, tout au long du match, extrêmement pointilleux, pas du tout dans l’esprit, d’un côté comme de l’autre). Rien ne va plus, d’autant que Gene Teague ne met qu’un seul lancer (que cela lui est préjudiciable !). Pourtant, Lahaou Konate, en se retournant (son seul panier du match) marque et réduit le score, avant de s’engouffrer et de donner un caviar à Sambou Traoré, 46-47 à 48 secondes de la fin. Josh Alexander s’envole alors très haut pour capter un rebond offensif, Drouault fait faute sur Poupet, le meneur adverse, qui, exténué, rate le 1er puis le 2ème lancer. L’ALM est encore en vie et c’est là que son jeune meneur US, Glenn Cosey, surgit, à quatre secondes de la fin, pour dans une pénétration rageuse, arracher la victoire, 48-47. Deux victoires à domicile en quatre jours, l’ALM s’est relancée dans sa légende d’équipe formatrice. Dans sa légende d’équipe qui gagne. Cette victoire-là va faire un bien fou dans les têtes. Tout ce petit monde progresse, progresse et ces jeunes-là savent donc déjà, qu’il faut souffrir pour gagner. 

JC