Derniers articles :
Journée N° 12
Aix Maurienne69 / 74Souffelweyersheim
Denain72 / 65 Poitiers
EVREUX81 / 67 Angers
Provence102 / 99 Charleville-Mézières
Hyères-Toulon78 / 67 Boulazac
Lille81 / 90St Quentin
Nantes84 / 79 Le Portel
Monaco72 / 78Antibes
Orchies70 / 54 Roanne
Journée N° 13
Angers- / - Boulazac
Charleville-Mézières- / - Lille
Denain- / - Provence
Le Portel- / - Orchies
Monaco- / - EVREUX
Nantes- / - Poitiers
Roanne- / - Aix Maurienne
St Quentin- / - Hyères-Toulon
Souffelweyersheim- / - Antibes
Classement Championnat
ptsMJVDdomextPoCo
1Hyères-Toulon231211165971875
2Orchies21129363836735
3Roanne21129354908861
4Denain20128453890828
5Monaco20128453924863
6EVREUX19127561880840
7Antibes19127534924888
8Boulazac19127543934919
9Le Portel18126642976922
10Nantes18126642883933
11Poitiers17125732922915
12Souffelweyersheim17125732822857
13St Quentin171257329411030
14Provence16124840884935
15Lille16124831851908
16Aix Maurienne15123912932993
17Angers141221011830903
18Charleville-Mézières141221002856959

Sondage

Depuis le début de la saison, quel est votre joueur préféré ?

Résultats

Loading ... Loading ...

Météo

Evreux
22 décembre 2014, 6 h 34 min
Nuageux
Nuageux
8°C
Vents : 6 m/s SO
Prévisions 22 décembre 2014
jour
Surtout nuageux
Surtout nuageux
11°C
Vents : 6 m/s SO
nuit
 
Prévisions 23 décembre 2014
jour
Nuages par intermittence
Nuages par intermittence
10°C
Vents : 4 m/s SO
nuit
 
 

LE JOURNAL DE PRO B

ALM-Fos (2)AIX-MAURIENNE – MUTUALE à la relance

Libre depuis quelques jours, après avoir rompu à l’amiable son contrat avec le Paris-Levallois (Pro A), Malela MUTUALE (23 ans, 1.88 m) va se relancer à Aix-Maurienne. Diminué au poste de meneur par les blessures d’Ulysse ADJAGBA (déchirure des ligaments à la cheville) et Théo LEON (fracture du scaphoïde), le club savoyard a sauté sur l’occasion pour enrôler l’ancien joueur de Paris et Dijon. Damien LEYROLLES fait donc toujours confiance à de jeunes meneurs pour diriger l’équipe, après avoir déjà récupéré Seidou N’JOYA (25 ans) comme pigiste. MUTUALE devrait être qualifié pour le déplacement à Angers, vendredi soir.

ANGERS – CHERRY remercié, PIERCE débarque

Pas à son aise en Pro B, le meneur expérimenté espagnol Carlos CHERRY(35 ans, 1.84 m) a été coupé par Angers. Déjà diminué physiquement depuis le début de la saison, il n’était pas dans les standards statistiques que l’on doit attendre d’un joueur étranger (2.8 points pour 3.2 d’évaluation en 12 minutes). Pour le remplacer, l’ABC a fait appel aux services d’un joueur bien connu de la LNB, Pierre PIERCE (31 ans, 1.93 m). Ce dernier a passé 3 saisons pleines au Hyères-Toulon Var Basket (2008-2010 puis 2013-2014), et a connu 2 brefs passages en France en 2012-2013. D’abord à… Toulon (3 rencontres) puis Cholet (6 rencontres). La saison dernière, l’ancien étudiant de Lowa State University valait 15.3 points (à 40 %), 3.8 rebonds, 3 passes pour 12.1 d’évaluation en 32 minutes. Davantage arrière que meneur de jeu, PIERCE correspond au style de la Pro B (championnat athlétique et basé sur du jeu rapide) contrairement à son prédécesseur. PIERCE sera sur le parquet de Jean Bouin pour la réception du voisin nantais ce soir.

CHARLEVILLE-MEZIERES – BOUEDO remplace DIALLO

Moustafa DIALLO,  »out » pour le reste de la saison en raison d’une rupture des ligaments croisés, le club ardennais a choisi Arthur BOUEDO (25 ans, 1.90 m) pour le remplacer. Vu à Châlons-Reims la saison dernière (3.4 points à 40 %, 1.5 passe pour 3.9 d’évaluation en 14 minutes), il n’a pas accompagné le CCRB en Pro A. Pour l’heure, le combo-guard a paraphé un contrat de 30 jours renouvelable. En concurrence avec d’autres joueurs pour prendre le poste, Cédric HEITZ explique son choix de faire confiance au natif d’Aix-en-Provence: « On a travaillé sur 3 pistes en voulant au départ privilégier l’expérience mais Arthur s’est avéré le joueur le plus motivé pour nous rejoindre. J’espère qu’il va nous apporter un vent frais et un nouveau dynamisme…. Arthur est sur le plan sportif un potentiel offensif et technique qui doit nous donner de la plus-value et élever notre niveau de jeu… Ici contrairement à ces précédentes expériences, il sera considéré comme un premier choix et non un back-up ». Au joueur de prouver que le coach a eu raison de le choisir.

LILLE – Sans son meilleur joueur à Évreux

Ivan ALMEIDA (25 ans, 1.98 m) sera absent ce soir à Évreux, tout comme pour le prochain match de son équipe. En effet, l’ailier cap-verdien a été contraint à une opération afin de lui retirer une vis dans le pied. Depuis le début de saison, le natif de Praia tourne à 16.6 points (à 45 %), 5.8 rebonds, 2.6 passes, 2.3 interceptions mais 4.1 balles perdues pour 15.7 d’évaluation en 31 minutes. Lille sera également privé de Bryan PAMBA (22 ans, 1.85 m) et ceci pour plusieurs semaines. Le meneur de jeu souffre d’un arrachement osseux au pouce. Avec le retour d’Émilien BARBRY en Janvier, il n’est pas certain que Lille se mette en quête d’un remplaçant. L’ancien joueur de l’ALM tournait à 4.2 points, 2 rebonds, 1.5 passes pour 3.8 d’évaluation en 15 minutes. Enfin, le club nordiste pourra compter sur le retour de Jonathan KALE, absent depuis la 1ère journée. James MATHIS, son pigiste, a terminé sa mission.

ROANNE – CHRISTOPHE passera les fêtes dans le Forez

André YOUNG (24 ans, 1.75 m) sur la touche pour 2 semaines, en raison d’une déchirure aux ischio-jambiers, la Chorale a fait appel à un spécialiste des montées, Anthony CHRISTOPHE (31 ans, 1.89 m). Banni de l’AS Monaco alors qu’il a participé activement à sa montée en Pro B cette saison (5.7 points, 3.6 rebonds, 4.6 passes, 1.2 interception en 26 minutes), CHRISTOPHE apportera son expérience au groupe choralien pour cette courte période. Le grenoblois a connu pas moins de 4 montées au cours de sa carrière ! (deux en Pro A avec Besançon et Dijon et deux Pro B avec Reims et Monaco). Il renforce donc le poste 1 lors des six prochains matchs de Pro B à disputer en Décembre, dès la réception du Portel ce mardi et jusqu’au déplacement à Angers, le 30 décembre;

AS

EN TETE DE RAQUETTE AVEC GUILLAUME COSTENTIN

Interview de Guillaume COSTENTIN après le match contre CHARLEVILLE-MÉZIÈRES du vendredi 28 Novembre 2014

EBC_ALM-Fos (24)MHD : Ohlalalalalala … Ça va faire au moins 2 lignes de ohlalalalalala dans l’interview ! C’est quand même un peu laborieux … Vous gagnez, certes … mais quand même …

Guillaume : On termine bien !

MHD : On va le dire comme ça !

Guillaume : On s’est mis dans la difficulté nous-mêmes dans la première mi-temps en les laissant s’installer dans le match tranquillement et prendre confiance. Rémy nous disait que c’était une équipe qui tournait à 69 points de moyenne en attaque et ils étaient déjà à 40 à la mi-temps. Donc, c’est pas bien engagé. On sait que depuis deux ou trois semaines, on arrive à faire des choses en défendant fort. On a vu au PORTEL que ce n’était pas le cas et on en a pris une. Tout ça mit bout à bout fait qu’il fallait absolument réagir en seconde mi-temps. On a réussi à le faire.

MHD : Après, 4 fautes d’entrée dans le 3ème quart, ça fait peur …

Guillaume : Ça n’aide pas car ça les met tout de suite sur la ligne … Mais bon, en même temps, il fallait retrouver de l’agressivité. Des fois, il vaut mieux faire des fautes que laisser des paniers faciles et puis ça montre à l’adversaire qu’on répond.

MHD : Effectivement, il faut au moins tenter de pénétrer … Mais ils vous ont un peu fait tout …

Guillaume : Oui.

MHD : Ils ont commencé en individuel. À un moment, ils se sont mis en zone et ça vous a bien empêtrés en première mi-temps. Après, vous vous êtes dits on va faire une petite zone aussi de notre côté pour les embêter et ça les a quand même un peu embêtés. Entre parenthèses, celle-là, elle était mieux que la dernière tentée à EVREUX.

Guillaume : Ce que tu dis confirme qu’on a été mieux en deuxième et qu’on a un peu plus répondu par rapport à ce que souhaitait Rémy. À la fin, on arrive à avoir un petit matelas d’avance et à le conserver sur les dernières possessions. C’est une bonne chose d’avoir gagné et aussi d’avoir bien réagi en deuxième.

MHD : Oui. Mais ce que j’aime bien chez vous, ce que je trouve positif dans votre façon – angoissante pour nous – de jouer, c’est que vous essayez toujours de réagir. Même si c’est un peu n’importe comment, vous cherchez des solutions. À un moment, ce sera la bonne !

Guillaume : Il faut essayer, il faut s’accrocher.

MHD : C’est ce que vous êtes arrivés à faire contre ORCHIES. Et vous êtes aussi arrivés à limiter les dégâts contre LE PORTEL …

Guillaume : Là, c’est compliqué, on a plein de nouveaux joueurs en début de saison, un enchaînement de blessures (Isaia, Desmond et Pierre-Etienne 2 fois …) et en plus, quelques résultats décevants qui nous plombent un peu, que ce soit la Leader’s Cup ou la Coupe de France. On a donc beaucoup de travail.

MHD : Je crois que plus c’est compliqué et plus il faut faire simple. Hé oui, là, je philosophe … Revenir aux bases quoi. Si vous faites du compliqué dans du merdier, vous allez obtenir du super merdier.

Guillaume : Ce sont les mots de Rémy depuis quelques jours, voire quelques semaines. Le plus simple possible et on voit que sur la fin du match …

MHD : … Ça marche …

Guillaume : Voilà.

MHD : Vous compliquez pas la tête et faites avec ce que vous avez. Si vous positivez pas avec ce que vous avez, vous allez vous empêtrer.

Guillaume : Ça va être plus compliqué. Oui.

MHD : Mais ce n’est pas si facile à faire. Donc, continuez encore et encore. C’est bien.

Guillaume : Non. Ce n’est pas facile et ça va être encore long.

MHD : Oui. La saison est longue. Mais là, vous pouvez vous consacrer uniquement au Championnat. Et il y a du potentiel dans l’équipe. Faut faire fonctionner tout ça au plus simple et au mieux.

Guillaume : Tout à fait.

MHD : Merci Guillaume pour cette interview et bon courage.

Guillaume : Merci.

MHD

LES INTERVIEWS D’EN FACE

Vincent POURCHOT après le match contre CHARLEVILLE-MÉZIÈRES du vendredi 28 Novembre 2014

ALM-Charleville_28-11-2014 (15)MHD : Bonsoir. J’espère que mes cervicales vont résister à tes 2 mètres 22 ! Tu es le joueur le plus haut que j’ai jamais interviewé … Un record … Bref. Franchement, vous auriez pu le gagner ce match.

Vincent : C’est sûr. On aurait pu gagner ce match. On a fait une très bonne première mi-temps. On était devant au score.

MHD : Vous faites une zone d’enfer et vous leur faites perdre confiance tout de suite.

Vincent : Oui. Après, dans le 3ème quart-temps, on fait six bonnes défenses de suite mais, de l’autre côté, on n’arrive pas à marquer. Et puis, ils sont à domicile, et lorsqu’ils marquent à 3 points, ça s’enflamme (au 4ème quart, le 3 points de Guillaume COSTENTIN à 4 minutes de la fin suivi rapidement du 3 points de Glenn COSEY). Et ça, ça nous a tués.

MHD : Vous vous êtes laissés déstabiliser alors ?

Vincent : Déstabilisés. Non. Mais on perd 24 balles en plus. Et avec 24 balles perdues …

MHD : … On ne peut jamais gagner un match … Mais pourquoi perdez-vous autant de balles ?

Vincent : C’est parce que l’on fait plein de petites erreurs individuelles. Ce sont les marchers, les balles qui nous échappent des mains, qui terminent dans les tribunes. Ce sont des erreurs de gamins, de jeunesse alors que nous sommes des professionnels. Normalement, on ne devrait pas faire des trucs comme ça.

MHD : Mais à l’entraînement, ça se passe comment ? Vous avez les mêmes problèmes ?

Vincent : À l’entraînement, il y a les mêmes personnes qui font toujours les mêmes erreurs et le coach les reprend mais, après, en match, s’ils font toujours pareil, c’est sûr que c’est compliqué.

MHD : Il va donc vous falloir procéder à des corrections individuelles si vous voulez progresser parce que si déjà, à l’entraînement, vous n’accordez pas vos violons, en match, c’est encore pire.

Vincent : C’est ça. C’est exactement ça.

MHD : Ce que vous faites mal à l’entraînement se multiplie par trois – quatre en match.

Vincent : Hé oui. Les conséquences se font immédiatement sentir en match …

MHD : Là, vous avez du boulot. Ma question à la con sera la suivante : comment se fait-il que vous n’arriviez pas à corriger vos erreurs à l’entraînement ? Est-ce un manque de concentration ?

Vincent : Non. On fait de bons entraînements. On commence à bien se connaître et à progresser. Mais, c’est en match …

MHD : Soyez encore plus rigoureux. Allez, j’arrête de t’embêter ! Bon courage pour la suite du Championnat.

Vincent : Merci.

MHD

JOURNEE 9 : LE BAROMETRE

Malgré toutes les difficultés que rencontre l’ALM Evreux Basket depuis le début de la saison, et bien que la manière y soit rarement, les hommes de Rémy VALIN parviennent tout de même à s’accrocher aux bons wagons, notamment en évitant, pour l’instant, de perdre sur le parquet de Jean Fourré. De bouillie en bouillie, toutes plus indigestes les unes que les autres pour un public étonnamment très conciliant, on finit par se demander à quel moment les coéquipiers du valeureux capitaine Guillaume COSTENTIN remettront un pied devant l’autre pour faire enfin progresser leur collectif.

L’ALM Evreux Basket est toujours bonne élève au rebond, mais en régression sur tous les critères d’attaque et d’adresses aux tirs, à l’exception de l’adresse aux lancers francs avec une jolie seconde place. Le gros point noir reste le nombre beaucoup trop important de ballons perdus. Enfin, si les arbitres avaient été un peu moins mauvais au cours des derniers matches, les contres réussis par Sam MULDROW auraient été comptabilisés pour permettre un meilleur classement… mais cela ne saurait tarder.

LES MENTIONS DE L’ALM EVREUX BASKET

TRES BIEN  :lol:

1er au Rebond Total (38.56) + 1

2ème au Rebond Défensif (28.00) - 1

2ème à la Réussite aux Lancers Francs (76.19 %) + 2

4ème aux Points Encaissés (69.9) + 1

BIEN  ;-)

6ème au Moins de Fautes Commises (19.44) =

6ème au Rebond Offensif (10.56) + 1

7ème aux Fautes Provoquées (20.89) + 2

7ème à la Réussite aux Tirs à 3 Points (33.53 %) – 5

8ème aux Passes Décisives (15.22) =

9ème au Point-Average Général (+12) - 1

9ème au Ratio Attaque / Défense (1.0191) – 1

10ème aux Interceptions (7.56) - 2

PASSABLE   :cry:

11ème à l’Evaluation Collective (78.22) - 2

13ème aux Points Marqués (71.22) - 2

13ème à la Réussite Totale aux Tirs (43.14 %) - 2

MEDIOCRE  :evil:

16ème à la Réussite aux Tirs à 2 Points (47.94 %) - 1

16ème aux Contres (1.56) + 1

16ème aux Dunks (0.67) + 2

17ème au Moins de Balles Perdues (18.67) = 

 

ROANNE FILE A L’ANGLAISE

LE CLASSEMENT A L’ANGLAISE

Ce classement permet de situer les équipes les unes par rapport aux autres, quel que soit le nombre de matchs disputés à domicile ou à l’extérieur. Ce classement fonctionne de la manière suivante : Victoire à domicile ou Défaite à l’extérieur : 0 point – Victoire à l’extérieur : + 1 point – Défaite à domicile : – 1 point

1er – ROANNE : + 4 Points

2ème – HYERES-TOULON – MONACO – ORCHIES : + 3 Points

5ème – DENAIN : + 2 Points

6ème – BOULAZAC : + 1 Point

7ème – ANTIBES – EVREUX – LE PORTEL – POITIERS : 0 Point

————————————————————————————————————

11ème – LILLE – NANTES – SAINT-QUENTIN : – 1 Point

14ème – AIX-MAURIENNE – ANGERS – PROVENCE : – 2 Points

17ème – SOUFFELWEYERSHEIM : – 3 Points

18ème – CHARLEVILLE-MEZIERES : – 4 Points

RETOUR SUR UNE LABORIEUSE VICTOIRE

ALM-Charleville_28-11-2014 (12)Il est vraisemblable que Rémy Valin avait dans sa préparation du match contre la lanterne rouge, surfé à la fois sur les insuffisances de son équipe dans «l’enfer du nord» au Portel (surclassée 79-39 à la 26ème, battue 94-77 au final, honneur sauf !) et sur le fait que son adversaire ardennais, avec un peu de réussite, au moins sur 2 matches, ne serait pas à cette place de dernier, pour maintenir ses hommes en éveil. Message entendu dans un premier temps. Du moins par son expérimenté Sambou Traoré, qui se charge à lui seul de mettre ses partenaires sur le bon tempo. D’abord à mi-distance, puis en profitant d’un vol de ballon de Gene Teague et de sa mise sur orbite vers l’arceau de Lahaou Konate pour mettre les siens d’emblée devant (4-0 à la 1ère). Monyea Pratt est empêché de marquer par Konate, mais le jeune meneur US rookie adverse, Akeem Williams, prend le ballon des mains de notre meneur rookie à nous, Glenn Cosey, pour filer au panier. Message encore entendu par le meneur local, qui se venge en donnant un caviar à son compatriote Gene Teague (6-2). Très motivé, Glenn Cosey rate alors de peu son tir lointain de très haut, pas Pratt qui marque à mi-distance. L’équipe est concentrée, comme s’il s’agissait d’un adversaire à prendre en considération. Cette fois, c’est Babacar Niang qui s’y met en marquant de l’aile, avec adresse (8-4 à la 4ème min). Traoré contre Williams, mais ce dernier reprend et en reculant, marque de loin. Niang y va encore de son panier (10-7 à la 6ème) et tout à coup, la machine s’arrête, s’enraye… C’est le pivot ukrainien Yaroslav Lemyk qui marque en force sur Traoré, permettant à son équipe de passer devant (10-11). Cosey, manifestant son envie, rate encore de peu de l’aile, mais son alter-égo Mathis Keita est au rebond offensif et marque (12-11). Les amicalistes, surpris d’être autant contestés, sont encore en bagarre, mais cela ne va pas durer. N’ayant rien à perdre, les ardennais s’accrochent et prennent leur chance: Fabien Paschal met ses deux lancers, Lahaou Konate rate totalement sa passe et Akeem Williams fonce à toute allure à l’arceau, puis fait rebelote sur Isaia Cordinier qui s’en veut… Dix minutes de jeu, l’ALM est loin derrière la lanterne rouge, 12-17.

ALM-Charleville_28-11-2014 (1)Isaia Cordinier a de la ressource, le jeune joueur de 18 ans, à qui Rémy Valin a renouvelé sa confiance, valorise la passe de son meneur Keita pour marquer de l’aile (15-17). Mais l’arbitre refuse un contre de l’ALM pour accorder un panier à Williams, décision suspecte qui profite à Fabien Paschal qui marque … de loin (15-22 à la 12ème). Décidément, ce match s’annonce bien moins facile que prévu. Isaia Cordinier s’en mêle encore en récompensant son équipe d’un superbe tir lointain, à la suite d’une interminable série de passes, 18-22. Mais les fautes pleuvent sur les ébroïciens, Pratt bonifie son panier sur une faute de … Cordinier et Romain Dardaine, peu en vue jusqu’à présent, marque de loin, 20-28 et bientôt 20-30, après un rebond offensif du petit meneur de poche Williams. La partie de plaisir ou plutôt de rédemption prévue ne se passe pas comme prévu. C’est alors que Glenn Cosey, peu en réussite jusqu’à présent, mais volontaire, entre en action: très applaudi et encouragé, il convertit son premier missile de la soirée (23-30). Le public retient son souffle, d’autant que ce sont toujours les ardennais qui dictent leur loi, Kevin Mondesir marque à 3 pts et sur une faute sévère à l’encontre de Konate, Pratt bonifie son panier et cela fait 27-38 pour les visiteurs ! Les locaux vont alors s’évertuer à faire fondre cet handicap. Glenn Cosey s’y colle encore, de très loin (30-38). Mathis Keita lui emboîte le pas et des six mètres marque lui aussi, avant de récidiver, très brillant en dribble cette fois-ci, pour marquer dessous (34-38). Le public assiste alors à cette extraordinaire passe dans le ciel de Glenn Cosey à Isaia Cordinier qui s’envole pour réussir un alley-oop de toute beauté, qui a le don d’enflammer le public. A 36-39, le public retrouve des couleurs, même si c’est Kevin Mondesir qui a le dernier mot, sur sa claquette : 37-41 et 36-44 à l’éval, à la mi-temps.

ALM-Charleville_28-11-2014 (5)Sur la 7ème faute provoquée par le prédateur Monyea Pratt, Guillaume Costentin voit son bourreau accentuer l’écart sur la ligne de réparation. Les fautes continuent de tomber sur les locaux, Konate puis Traoré sont sanctionnés. Et la malchance s’en mêle, Konate fait gamelle de très loin, de même que Traoré dans le même exercice … Glenn Cosey se fait déposséder du ballon par Mondesir qui marque (37-45). A la limite des 24 secondes, le public hurle à Guillaume Costentin de tirer, il rate mais heureusement Gene Teague est au rebond et rattrape le coup. A 39-45, c’est à un chassé-croisé auquel nous assistons et la bagarre se fait intense sous les panneaux. Traoré se bat au sol, Teague est encerclé. L’équipe se bat mais manque de réussite. Enfin, Teague réduit le score, puis Cosey, provoquant la 4ème faute de sa sangsue Williams, lui ayant «offert» un joli coup de coude, pour réussir ses deux lancers (43-45). Isaia Cordinier remet les deux équipes à égalité, le jeune homme ayant démontré là un beau sang-froid. Glenn Cosey crée l’écart en convertissant ses trois lancers sur une faute de Kevin Thallien, hors de la ligne des 6m75 et cela permet à l’ALM de passer de 27-38 à 48-45 ! Sur un 11-0. Le plus dur a été fait, semble t’il, mais les ardennais s’accrochent encore …Les arbitres accordent pour la 2ème fois un panier aux ardennais, plutôt qu’un contre aux locaux et le match est relancé, 49-47. D’autant qu’un 3ème panier est accordé à l’équipe visiteuse, à la place du contre local (50-49) ! Fabien Paschal met tout le monde d’accord, 51-52 à la fin du 3ème quart temps. Charleville est toujours là.

Cordinier puis Teague, encore eux, remettent les locaux devant à 55-52. Gene Teague, l’un des trois grands artisans de cette victoire, avec Cosey, accentue l’écart 57-52 à la 32ème. Le public y croit, qui encourage enfin les siens. L’excellent Akeem Williams répond d’un tir primé, mais c’est Glenn Cosey qui a le dernier mot: il vole la balle à Mondesir, se joue de trois adversaires et cela fait 60-55 sur son 2+1 (34ème). Les équipes se rendent coup sur coup, mais l’ALM ne se laisse plus déborder. Glenn Cosey marque à mi-distance, son adresse retrouvée, Pratt lui répond à trois points et Lahaou Konate y va à son tour de son seul panier du match, pour valider cette victoire, peu glorieuse, mais si précieuse, 64-59, bientôt confirmée par une inspiration de Cap Costentin, très propre, d’au moins huit mètres, propulsant son équipe à +8 (67-59). Match gagné selon toute vraisemblance. Et enfin 70-63 sur un nouveau missile de Glenn Cosey mis sur orbite par un Guillaume Costentin stratosphérique au rebond, pour plier la rencontre. Victoire finale 75-66.

Toutes les autres équipes ont battu ce Charleville-là, sauf Angers, l’autre promu et dernier. Cette victoire, il la fallait et elle permet à l’équipe de l’ALM Evreux Basket de se maintenir franchement dans le top 8 de la division.

JC

LES VRAIS ECHOS VENUS D’AILLEURS

Dernier match en Jaune & Noir pour Mickael VAR

Peu utilisé par Germain Castano en ce début de saison, le S.O.M Boulogne a pris la décision de se séparer de Mickael Var afin de lui donner l’opportunité de s’exprimer avec un temps de jeu plus conséquent dans un autre club. Mickael est arrivé au club en 2012 et faisait aujourd’hui figure d’ancien dans l’effectif boulonnais. Joueur attachant et à l’état d’esprit irréprochable, on gardera de lui à Boulogne le souvenir d’un homme très souriant, qui aura marqué l’histoire du club en aidant ce dernier a être où il est cette année, en Pro A. Ce depart fait figure de crève coeur pour tout le staff boulonnais mais, privilégiant l’épanouissement du joueur, a donc fait le choix de le libérer de son contrat qui le liait au club. C’est ainsi en Pro B à Evreux que Mickael tentera de réaliser cette année un doublé et ainsi devenir double champion de France.

Supporters, réservons lui le plus beau des aurevoir ce lundi face à Limoges.

« Micka » merci pour tout !

Source site officiel SOM Boulogne

ALM-Boulogne (30)Mickael VAR en Jaune & Bleu

Une fois de plus, le staff de l’ALM Evreux Basket s’est montré réactif après la blessure de Pierre-Etienne DROUAULT, la seconde de la saison. Ainsi, c’est Mickael VAR (2.05 m – 24 ans) qui arrive sur les bords de l’Iton après plus de deux saisons passées avec le SOM Boulogne. Formé à Poitiers et Pau-Orthez, avec qui il a fait ses classes en Pro A (31 matches sur 2010-2012), Mickael VAR faisait les beaux jours de Boulogne-sur-Mer pendant deux saisons en Pro B (7 points à 46 %, dont 27 % à 3 points et 79 % aux lancers francs, 4 rebonds, 0.6 passe, 1 interception, 1.2 balle perdue, 8.1 d’évaluation en 16 minutes de temps de jeu au cours de 76 matches).

Chacun se souvient de son dernier passage à Jean Fourré, il y a tout juste un an (victoire de Boulogne 69-87) avec une belle ligne de stats : 13 points à 60 %, 9 rebonds, 3 passes, 1 interception et 20 d’évaluation en 22 minutes. Polyvalent sur les postes 3/4, Mickael VAR devrait faire ses début sous le maillot amicaliste face à Lille le 9 décembre prochain, le lendemain de… son anniversaire !

JYC

EVREUX SURVIT DANS LA DOULEUR

ALM-Orchies_18-11-2014 (10)Il est des matches qu’il faut impérativement gagner quand on a quelques ambitions ou quand on veut se prouver sa valeur (comme ce fut le cas face à Roanne en début de saison, au moment de tous les rêves, seule défaite de la saison des rhodaniens) et il est des matches qu’il ne faut absolument pas perdre, comme celui de ce vendredi face au dernier de la classe, Charleville-Mézières. Les carolomacériens ont montré pourquoi ils étaient classés ainsi, avec une pléiade de jeunes joueurs ayant pourtant déjà goûté à ce niveau, mais au rendement très insuffisant (et qui, s’ils persistent ne feront pas long feu dans la division). Et des cadres qui ont fait montre surtout de criantes lacunes, excepté peut être leur meneur rookie Akeem Williams, les autres alternant les tirs ratés (Monyea Pratt) les balles perdues (Yaroslav Lemyk) Fabien Paschal tardant à montrer son talent. Mais à chacun ses problèmes.

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Mais vaincre, même sans gloire, était indispensable pour une équipe d’Évreux en proie au doute et qui accumule les pépins depuis le début de la saison. Le dernier en date la privant de son seul ailier de métier, avec la blessure de Pierre-Étienne Drouault, son dynamitero. De purs ailiers que ne sont pas Guillaume Costentin ni Lahaou Konate, soit dit en passant.

C’est une victoire tactique assez invraisemblable que Rémy Valin a remportée ce vendredi soir. Alors que l’on craignait une domination de ses hôtes à l’intérieur, avec l’immense Vincent Pourchot (2m22, le plus grand sportif français en exercice à l’heure actuelle), l’Ukrainien Yaroslav Lemyk et son joueur issu de la ProA, Fabien Paschal et donc une soirée difficile pour Gene Teague, Babacar Niang et Sambou Traoré (en attendant la remise en forme de Sam Muldrow), c’est en se basant sur son… trio de meneurs, des petits, Glenn Cosey, Mathis Keita et Isaia Cordinier (77 minutes de temps de jeu à eux trois) que le coach a bâti la victoire des siens…

Cela ne marchera pas à tous les coups, mais l’effet de surprise a été tel pour son adversaire, que cela lui aura donc réussi ce soir (ces trois-là se partageant avec bonheur les postes 1, 2 et 3 !!! Ce qui va lui permettre de préparer avec un peu plus de sérénité la venue de Lille (et des ses 3 ex-ébroïciens) dans une dizaine de jours. Car les chantiers sont multiples pour le coach ébroïcien.

ALM-Orchies_18-11-2014 (15)Citons, en vrac : Comment faire pour que Glenn Cosey entre mieux dans ses matches (-4 à l’éval avec un 0/5 aux tirs au bout de dix minutes, 23 pts marqués à la fin et MVP avec Gene Teague à 17) le joueur ayant démontré à la fois son immense talent et son envie… Peut-on, en l’occurrence envisager de se priver d’un tel talent ? Comment faire pour que Lahaou Konate ne soit plus privé de ses moyens lorsque les arbitres le sanctionnent ? S’il s’est transformé en joueur altruiste sur ce match (5 passes décisives, tout comme son meneur Glenn Cosey, il s’agit de le souligner) le chouchou du public est loin actuellement de ce qu’il peut apporter. Son rôle de «cadre» de l’équipe est-il trop lourd à porter, ou trop prématuré au point de le priver de son naturel ? Comment remplacer Pierre-Étienne Drouault, même si ce joyau d’Isaia Cordinier semble taillé sur mesure pour le faire épisodiquement ? Car une équipe à ce niveau ne peut se passer d’un véritable ailier de métier qu’elle ne possède plus dans son effectif. Quelle poisse, après avoir laissé filer Florent Tortosa, qui s’était si bien intégré dans l’équipe ! Quand Sam Muldrow redeviendra t’il opérationnel, sachant qu’il n’est pas un ailier fort, mais un intérieur, sans gêner les rôles de Gene Teague, le pivot, qui lui s’affirme de plus en plus, Babacar Niang, bien qu’inconstant et Sambou Traoré ?

Alors que l’on en est déjà au premier quart de la compétition, tout un chacun a l’impression que l’équipe de l’ALM Evreux est en période de préparation. Après 9 matches, certains estiment que l’équipe n’est taillée que pour le maintien (alors qu’elle est loin devant le quintette en danger) d’autres estiment qu’elle peut toujours se faire une place parmi les ténors (alors qu’elle est loin derrière le trio de tête). La vérité est sans doute bien plus simple. Avec son ratio de 5 victoires et 4 défaites, elle est tout simplement dans les temps de passage d’un club qui rêve de s’inviter aux Play Offs – qui se jouent au final à un ratio de 19-15 ou 18-16 vict et déf – Et alors, sait-on jamais ?!!! Ce n’est jamais simple de repositionner une équipe en cours de saison, à cause de blessures, encore moins à cause de «métier à apprendre» mais l’ALM Évreux a prouvé ces dernières années sa réactivité. Nul doute que la saison à venir sera encore une année à émotions… Laissons le staff travailler et les joueurs avec, même si le temps leur est de plus en plus compté.

JC 

EVREUX – CHARLEVILLE : LA FEUILLE DE MATCH

Championnat de Pro B 2014-2015 – 28ème Saison en LNB

9ème Journée – Vendredi 27 novembre 2014

ALM EVREUX BASKET 75 – 66 E CHARLEVILLE-MEZIERES

(12-17) (25-24) (MT 37-41) (14-11) (24-14)

Salle Jean Fourré – Environ 2200 spectateurs

Arbitrage contestable de Michaël MILLIOT & Marc-Antoine MENDES

MVP DU MATCH : Eugene TEAGUE (ALM EVREUX BASKET)

Joueurs Min Tr/Tt 3Tr/3Tt 1Tr/1Tt Fc Fp Co RbO RbT In Bp Pd Pts Eval
Eugene TEAGUE* 17 5/7 0/0 4/6 4 5 0 3 6 1 0 0 14 17
Glenn COSEY* 35 6/19 3/10 8/8 3 8 0 1 6 0 4 5 23 17
Isaia CORDINIER 23 5/7 2/3 2/4 2 4 0 1 3 1 2 0 14 12
Mathis KEITA 19 3/8 0/1 0/0 1 0 0 2 4 1 2 3 6 7
Guillaume COSTENTIN* 24 1/2 1/1 0/0 5 0 0 2 2 1 0 2 3 7
Sambou TRAORE* 27 3/11 0/0 0/0 3 1 0 0 7 1 1 0 6 5
Lahaou KONATE* 19 1/3 0/1 0/0 4 2 0 0 0 0 3 5 2 2
Sam MULDROW 13 0/3 0/0 0/0 0 0 1 1 1 1 1 1 0 0
Babacar NIANG 23 3/12 0/0 1/2 0 3 0 2 5 0 2 0 7 0
Thomas DOLOMINGO 0 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -
       
ALM EVREUX BASKET 200 27/72 6/16 15/20 22 23 1 12 34 6 15 16 75 67

 

Joueurs Min Tr/Tt 3Tr/3Tt 1Tr/1Tt Fc Fp Co RbO RbT In Bp Pd Pts Eval
Akeem WILLIAMS* 25 7/12 2/6 1/2 5 5 0 0 2 3 1 1 17 16
Monyea PRATT* 38 5/12 0/3 4/5 4 9 0 1 9 1 4 3 14 15
Kevin MONDESIR 12 1/1 1/1 1/2 1 1 0 1 4 1 1 0 4 7
Fabien PASCHAL* 28 3/7 1/3 3/4 3 4 0 2 4 0 2 0 10 7
Kevin THALIEN 15 2/3 0/1 1/2 1 1 0 0 0 2 1 0 5 4
Romain DARDAINE* 35 1/7 1/6 0/0 4 0 0 1 8 1 5 3 3 4
Yaroslav LEMYK* 30 5/8 0/3 1/4 3 2 0 0 3 1 8 2 11 3
Valentin CORREIA 5 1/1 0/0 0/0 2 0 0 0 0 0 0 0 2 2
Vincent POURCHOT 6 0/0 0/0 0/0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 2
Alexandre JALLIER 6 0/1 0/1 0/0 0 0 0 0 0 1 0
       
E CHARLEVILLE-MEZIERES 200 25/52 5/24 11/19 23 22 1 5 33 9 23 9 66 60

VICTOIRE OBLIGATOIRE FACE A L’ETOILE

ALM-Orchies_18-11-2014 (23) (Photo EBC/BL – Nouveau coup dur pour l’ALM Evreux Basket, qui sera à nouveau privée de Pierre-Etienne DROUAULT, victime d’une fissure de fatigue au pied et arrêté pour… 3 mois !)

C’est la lanterne rouge de Pro B, le plus petit budget de la division et le club bénéficiaire de la Wild Card, l’équipe de Charleville-Mézières, qui sera l’hôte des amicalistes ce vendredi soir. Une équipe dos au mur, qui n’a pour ambition que de se maintenir coûte que coûte. Une contre performance des locaux serait donc un bien mauvais signe et probablement synonyme de crise. Car les adversaires directs des carolos se nomment Angers, le promu sportif (c’est en Anjou qu’ils ont obtenu leur seule victoire de la saison) Souffel, Provence et Aix-Maurienne…

Des raisons de se méfier

1/ Les ardennais ont joué cinq matches sur huit à domicile et ne comptent que des défaites contre des équipes du haut de tableau telles que Monaco (1er, 57-90) Orchies (4ème, 64-68) Denain (5ème, 64-86) Poitiers (5ème, 55-76) et Nantes (11ème, 86-92, leur seul véritable couac de la saison). Mais c’est à l’extérieur que l’équipe a réalisé, si l’on peut dire, ses meilleures performances, à Angers (72-81) preuve que les joueurs de Cédric Heitz savent être présents dans les rendez-vous décisifs pour eux et qu’ils sont bien imprégnés de leur unique objectif. Mais surtout à Saint Quentin, où la victoire ne leur a échappé que de peu (87-86, avec ce jour-là, un triple double de leur intérieur Monyea Pratt – 18 pts, 12 reb et 10 passes -) et même chez le leader, Hyères Toulon, battus seulement 72-64.

2/ L’Étoile est avec l’ALM l’équipe la plus jeune du championnat (24 ans de moyenne d’âge, avec 7 joueurs sur 10 de moins de 23 ans) sauf que plusieurs d’entre eux connaissent bien le monde professionnel, Fabien Paschal, Romain Dardaine, Vincent Pourchot, Kevin Thalien et Kevin Mondesir, les deux derniers Alexandre Jallier et Valentin Corréia, ayant déjà évolué en Nationale 1

3/ Après une claque (et l’équipe vient d’en subir deux, cinglantes, face à Denain et Monaco) l’équipe a toujours su réagir, pour ne pas perdre confiance en elle. C’est après sa défaite face à Poitiers qu’elle était allée se redonner du courage à Saint Quentin.

4/ Les Ardennais ont quelques uns des mêmes défauts que les ébroîciens: des difficultés en attaque (24/58 aux tirs contre 24/55) et un trop grand nombre de balles perdues (18,5 contre …19,1). Qui saura les gommer ?

Les forces en présence

Glenn Cosey va trouver en face de lui, un jeune meneur américain de 23 ans, rookie en Europe comme lui, Akeem Williams. Il ne devrait pas être dépaysé pour une fois, mais en matière de stats, pour un même temps de jeu (27′) il ne le domine que de peu : 12,3 pts contre 9,6 ; 3 rebonds contre 2,4 ; 2,9 passes contre 2,3 ; 10,9 à l’éval contre 7,5.

Le 2ème meneur de l’équipe est un ancien grand espoir du basket, Kevin Thalien, à Orchies l’an dernier. A l’instar de la paire de l’ALM, les deux joueurs évoluent côte à côte parfois. Ses stats sont là encore quasi similaires à celle de Mathis Keita (20′ contre 18′ à Mathis). Méfiance cependant, Kevin Thalien provoque deux fois plus de fautes et il est réputé pour être (très) adroit de loin, même si ce n’est pas le cas depuis le début de la saison (5/19)

Au sein des lignes arrière, l’Étoile a subi un coup dur avec la perte de son dynamiteur de défense, son seul trentenaire, son combo Moustafa Diallo, victime d’une rupture des ligaments croisés du genou à l’entraînement. Le jeune arrière-ailier, Valentin Correia, 21 ans, déjà l’an dernier, a été appelé à la rescousse. L’ancien espoir de Strasbourg a pour l’instant un faible temps de jeu (7′ pour 1,2 pt en 6 matches). L’autre jeune arrière de 22 ans, Alexandre Jallier, est lui aussi issu de la Nat1 (à Chartres l’an dernier) mais est également un ancien espoir d’un club de ProA, Paris-Levallois. Avec un petit peu plus de temps de jeu (12′ pour 3 pts à 10/22 aux tirs). Deux jeunes qui donnent tout en entrant sur le parquet…

C’est sur les ailes que l’on trouve une des meilleurs armes de l’équipe, avec son fer de lance américain, Monyea Pratt, son meilleur marqueur de la saison dernière, un pur ailier d’1m96, expérimenté (29 ans) à l’esprit maison. C’est le 2ème marqueur de l’équipe avec 12,9 pts en 35′ de jeu (38/90 aux tirs) mais sa meilleure évaluation à 13,9, car c’est un fort rebondeur (7,4 prises) altruiste et collectif (2,9 pd, son meilleur passeur) voleur de ballons et provocateur de fautes (moyen aux lancers francs cependant avec un 20/34) capable de fulgurances (32 à l’éval à Saint Quentin). L’ailier fort, Romain Dardaine (ex Bordeaux) est lui aussi un joueur expérimenté (26 ans) présent dans tous les secteurs du jeu, avec ses 7,8 pts en 29′ (23/59) ses 5,3 reb surtout (il mesure 2m01) très sûr aux lancers (mais qui commet plus de fautes qu’il n’en provoque) 5è évaluation de l’équipe (7,3)

A ces 6 joueurs s’ajoute un quatuor à l’intérieur qui est la force vive de l’équipe (36 reb, proche de l’ALM et son 38). Avec une hiérarchie bien définie : l’Ukrainien Yaroslav Lemyk (29 ans) vient seulement de quitter son pays natal. L’intérieur de 2,05m a été intronisé au poste de pivot par son coach et avoue s’y sentir de mieux en mieux. Il est le meilleur marqueur de son club avec 15,9 pts (à 46/91) présent au reb (5,9) à la passe (2,0) provocateur de fautes (4,4) mais qui perd beaucoup de ballons (3,5) le tout en 27′ pour 13 à l’évaluation. Fabien Paschal, l’intérieur de 2m05 et espoir du basket français de 23 ans, est un client. Arrivé en cours de saison, il est la preuve de l’ambition du club de se sauver. Havrais l’an dernier, il a signé à Gravelines cet été, mais a accepté d’être prêté à Charleville, faute de temps de jeu dans le Nord. Nul doute qu’il va monter en puissance et améliorer grandement ses performances actuelles qui sont loin de son standing (8,3 pts en 4 matchs et 28′ avec un faible 14/35 aux tirs, 5,5 reb néanmoins et 1,5 in, pour un insuffisant 6,8 à l’éval). Un client à ne pas négliger car il n’en restera évidemment pas là.

Les deux autres défenseurs du panneau ont un temps de jeu moindre, tous les deux sont bien connus de la division. Notamment le plus grand joueur du sport français, Vincent Pourchot, l’ex lillois de 22 ans (2m22) troisième évaluation de l’équipe avec 9,1 malgré son maigre temps de jeu (11′ seulement). Un rapport qualité prix impressionnant! Très sûr aux tirs (6,3 pts à 20/32) évidemment présent au rebond (3,9). En pleine bourre en ce moment et au temps de jeu en augmentation. Gare au garçon qui vient de battre son record de points en carrière. Kevin Mondesir, déjà là l’an dernier, n’est pas au mieux de sa forme. L’intérieur fort de 2,05m et de 23 ans, ex Saint Quentin ne tourne qu’à 4,1 pts en 13′ (avec un bien moche 9/29) et seulement 1,1 à l’évaluation. Il se doit de rendre sa confiance au club qui lui a fait confiance en le renouvelant.

Un match à prendre au sérieux

La sévère leçon prise au Portel, voire la déculottée reçue (79-39 au milieu du 3ème quart temps) a probablement remis quelques têtes à l’endroit. Et devrait empêcher toute forme de relâchement ou de sentiment de supériorité. C’est un match à prendre très au sérieux, car son enjeu l’est lui, sérieux.

Parce que si cette équipe de Charleville donnera tout ce qu’elle a lors de ses matches couperet, face à ses adversaires directs pour le maintien, nul doute que, sans pression, elle ne lâchera pas l’occasion de faire un coup si l’occasion se présente. Méfiance oui, car la moitié de cette équipe connaît bien la division et même la Pro A (Fabien Paschal).

Un match à prendre (très) au sérieux, car perdre face au dernier de la classe (une seule victoire face à l’autre dernier et sept défaites) face à une équipe (peut être la seule) à avoir une évaluation inférieure à son nombre de points marqués (69,6 points contre 65,8) preuve de ses nombreuses lacunes (à comparer avec l’ALM, dont les 70,8 pts montent à 78,5 à l’évaluation) ce serait tout simplement la honte.

JC