Sondage

Que pensez-vous de la nouvelle équipe de l'ALM Evreux Basket ?

Résultats

Loading ... Loading ...

Météo

Evreux
2 août 2014, 6 h 28 min
Surtout clair
Surtout clair
15°C
Vents : 3 m/s SSO
Prévisions 2 août 2014
jour
Partiellement ensoleillé avec orages
Partiellement ensoleillé avec orages
24°C
Vents : 3 m/s SO
nuit
 
Prévisions 3 août 2014
jour
Partiellement ensoleillé
Partiellement ensoleillé
23°C
Vents : 1 m/s NNO
nuit
 
 

DE LA REALITE… AU RÊVE

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Lahaou KONATE Nantes 30 avril 2013 3 (Photo EBC – Lahaou KONATE sera t’il  encore ébroïcien la saison prochaine… tout le monde l’espère !)

Ce n’est pas un secret de polichinelle et les tendances pour les mouvements d’effectif semblent de plus en plus évidentes à la veille de la 28ème saison ébroïcienne consécutive en LNB !

En ce dernier week-end de Mai, l’ALM Evreux Basket a conservé deux joueurs de la saison écoulée (Guillaume COSTENTIN et Pierre-Etienne DROUAULT) et a embauché un nouveau joueur (Babacar NIANG – ex-Hyères-Toulon).

Par ailleurs, le staff amicaliste a entamé des pourparlers avec trois joueurs : Lahaou KONATE, Bobby-Anthony WALKER et Jean-Victor TRAORE. Pour ce dernier, on connait déjà l’issue puisque le départ de l’ex-intérieur ébroïcien pour le pays des ch’tis au Lille MBC est désormais officiel. Dommage et pour tout dire décevant, car Rémy VALIN avait certainement un petit plan derrière la tête, mais cela fait partie des aléas du métier et personne n’étant irremplaçable, nous ne doutons pas un seul instant que le coach ébroïcien dispose d’un plan B. On espère que la révélation Lahaou KONATE, éloigné des parquets prématurément par une blessure, aura la sagesse de rempiler au moins une saison et que le meneur américain Bobby-Anthony WALKER, bien que moins talentueux et moins efficace que ses prédécesseurs (Clevin HANNAH et Austen ROWLAND) mais avec une belle évolution de son jeu et un bon état d’esprit, envisagera de poursuivre l’aventure normande.

Ensuite, il y a encore ceux qui sont sur la sellette : Kingsley PINDA et Lesly BENGABER. Il y a beaucoup de concurrence sur ces postes et rien ne prouve que l’un des deux sera encore ébroïcien la saison prochaine. Aucun des deux n’a démérité, le premier découvrant la Pro B avec sérieux et application, une belle adresse à 3 points et une bonne constance aux lancers francs même s’il s’est souvent trouvé en difficulté à l’extérieur, le second remplissant son rôle de pigiste médical sur Lahaou KONATE avec enthousiasme, professionnalisme et une petite montée en puissance pendant les Play-offs.

Steeve HO YOU FAT Bordeaux 23 novembre 2012 4 (Photo EBC – On parle beaucoup du retour éventuel de Steeve HO YOU FAT sur les bords de l’Iton)

Enfin, il y a ceux qui de toute évidence ne seront pas reconduits. Bien qu’il ait alterné le très bon et le moins bon, bien qu’il ait fait preuve d’un enthousiasme débordant au point de devenir (avec Gary FLORIMONT) le joueur le plus pénalisé de Pro B, Olu ASHAOLU a donné des sueurs froides à son coach. Son compatriote Samme GIVENS finit sa saison avec des stats en apparence correctes mais il a été très loin des espérances que peut faire naître un titre de MVP du championnat hollandais. Parfois transparent, il n’a pas souvent pesé sur le jeu et son expérience ébroïcienne devrait s’arrêter là. Le jeune Bryan PAMBA a fait beaucoup de dégâts avec sa défense mais il s’est montré souvent un peu trop gourmand en attaque, eu égard à sa piètre réussite aux tirs. Son caractère un peu ombrageux lui ont valu quelques relations tendues avec le staff au cours de la saison et il y a peu de chance qu’il soit conservé dans l’effectif 2014-2015. Pour finir, nous évoquerons la déception de la saison avec Moustapha DIARRA, qui après un début de saison correct s’est petit à petit désagrégé pour devenir l’ombre de lui-même depuis le mois de mars dernier. Il a déjà été remplacé par Babacar NIANG.

Et puis nous entrons dans le domaine du rêve en imaginant les retours de Steeve HO YOU FAT, aperçu à Jean Fourré ces dernières semaines ou bien encore de Joseph GOMIS, l’enfant du pays, qui pourrait goûter à une fin de carrière endiablée dans son club formateur.

L’ALM Evreux Basket est en train de se découvrir de nouveaux objectifs et une page du club est sans doute en train de se tourner. Tout est donc possible pour la prochaine saison 2014-2015 et le chaudron de Jean Fourré n’a pas fini de vibrer. Nous n’avons jamais été aussi près de connaître la suite…

JYC

BABACAR NIANG : PREMIERE RECRUE

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

ALM-Fos (2)Cette fois, c’est officiel, le jeune intérieur Babacar NIANG (23 ans, 2.06 m), natif de Montbrison en Mars 1991 vient de signer à l’ALM Evreux Basket pour la saison prochaine.

Formé avec les Espoirs Pros du Mans de 2008 à 2012, à l’instar de Pierre-Etienne DROUAULT qu’il croisa jusqu’en 2011, Babacar NIANG participa à quatre matches de Pro A, dont un en Play-Offs. Avec Henri KAHUDI (SPO Rouen cette saison) ils formaient le trio de choc des espoirs manceaux. Il vient de faire ses premières armes en Pro B avec Hyères-Toulon pendant deux saisons (2012-2014), participant ainsi à un quart de finale de Play-Offs de Pro B face à Bourg-en-Bresse (En moyenne sur deux matches : 5 points à 40 %, 5 rebonds et 6.5 d’évaluation en 20 minutes de jeu).

Cette année, ses stats ont été un peu en deçà de sa première saison chez les Pros avec 3.7 points à 51 %, 3 rebonds, 0.1 contre, 0.4 interception, 0.7 balle perdue, 0.2 passe décisive et 4.7 d’évaluation en 14.4 minutes et 42 matches. Avec une minute supplémentaire de temps de jeu (14.4 mn au lieu de 13.4 mn), il perd très peu de ballons et s’est montré un peu plus efficace au rebond (3.0 au lieu de 2.6). Par contre, il plombe ses stats avec une relative maladresse aux lancers francs (52 % au lieu de 76 %)… du travail en perspective !

Remplaçant de Moustapha DIARRA dans l’effectif ébroïcien, Babacar NIANG pourrait former un joli trio générationnel avec Pierre-Etienne DROUAULT et Lahaou KONATE (actuellement en négociation avec le club) pour la saison prochaine.

Ses Stats Espoirs Pro A 2011-2012 : 17.2 points à 57.8 %, 70 % aux lancers francs, 10.4 rebonds, 0.8 passe décisive, 0.8 interception, 0.2 contre, 2.0 balles perdues et 20.7 d’évaluation en 28.4 minutes pour 26 matches.  

Vous pouvez suivre l’évolution de l’effectif 2014-2015 sur notre site en cliquant sur l’onglet « EQUIPE » puis « PRO » et enfin « JOUEURS ».

JYC

TRAORE QUITTE L’ALM EVREUX !

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

ALM-Poitiers (4)La nouvelle est tombée ce vendredi matin : Jean-Victor TRAORE quitte l’ALM Evreux Basket pour le Lille MBC, sauvé in extremis de la relégation il y a quelques semaines !

C’est un peu la stupéfaction sur les bords de l’Iton où l’on pensait que Jean-Victor TRAORE donnerait une suite favorable à la proposition que lui avait faite Rémy VALIN, à savoir un contrat de deux ans avec revalorisation salariale. Malgré la confiance qui lui avait été faite tout au long de la saison et particulièrement lors des matches de Play-Offs au cours desquels l’ex-angevin avait bénéficié de plus de 24 minutes de temps de jeu (11.5 points à 58 %, dont 42 % à 3 points et 85 % aux lancers francs, 6 rebonds, 1.2 passe décisive et 15.8 d’évaluation), l’intérieur ébroïcien semble avoir privilégié une proposition incluant la garantie de plus grandes responsabilités.

Rémy VALIN s’est montré très déçu du choix de Jean-Victor TRAORE, à qui il destinait pourtant un rôle prépondérant et majeur dans l’équipe 2014-2015 : « Je pensais lui avoir témoigné des marques de confiance mais à Evreux on ne promet pas des temps de jeu à l’avance ». Cette « mauvaise » nouvelle va obliger le coach ébroïcien à revoir sa copie.

Rien à voir avec les rumeurs concernant la venue du jeune intérieur Babacar NIANG (23 ans, 2.06 m), formé au Mans de 2008 à 2012 et qui vient de faire ses premières armes en Pro B avec Hyères-Toulon (2012-2014). Ses stats incluant deux matches de Play-Offs sont de 3.7 points à 51 %, 54 % aux lancers francs, 3 rebonds, 0.1 contre, 0.4 interception, 0.7 balle perdue, 0.2 passe décisive et 4.7 d’évaluation en 14.4 minutes et 42 matches. Si le club venait à confirmer cette arrivée, ce serait plutôt en lieu et place de Moustapha DIARRA.

Mais comme chaque année, la patience et la prudence sont de rigueur concernant les mouvements d’effectifs et il peut être prématuré d’évoquer certains contrats avant qu’ils ne soient réellement signés.

JYC

LE HIT PARADE 2013-2014

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Nous venons d’assister à la plus longue saison que la Pro B ait connue depuis la création de la LNB en 1987. Avec 34 matches de saison régulière, 10 matches de poule géographique et 6 matches de Play-Offs, l’ALM Evreux Basket aura disputé la bagatelle de 50 matches officiels, soit près de 30 % de plus que la saison dernière.

Dans le tableau ci-dessous, nous faisons ressortir les performances de chacun, dans l’ordre décroissant des évaluations individuelles et dans chaque critère les trois meilleures performances apparaissent en rouge.

Joueurs MJ 5D Mins % Tirs % 3 Pts % LF Rbd T Co FC/FP In Bp Pd Pts Eval
Olu ASHAOLU 50 24 23.1 57 25 67 6.6 0.3 3.5/5.3 0.9 2.5 0.5 11.5 12.7
Samme GIVENS 49 48 25.8 50 29 62 5.5 0.3 2.7/3.2 0.8 1.7 1.8 12.7 12.3
Bobby-Anthony WALKER 50 50 28.5 44 38 78 2.5 0.2 2.3/2.2 0.8 1.8 3.4 12.9 11.9
Lahaou KONATE 27 27 27.3 43 24 76 4.3 0.1 2.5/3.4 1.3 1.8 1.4 10.3 10.4
Jean-Victor TRAORE 41 1 16.8 42 31 72 3.9 0.5 1.6/1.1 0.7 0.9 0.7 7.0 8.0
Pierre-Etienne DROUAULT 50 10 18.9 43 35 78 2.5 0.1 1.5/1.4 0.9 1.3 1.6 7.4 7.3
Lesly BENGABER 21 11 20.8 36 28 64 4.0 0.0 2.7/1.8 1.0 1.6 1.9 5.6 7.1
Guillaume COSTENTIN 48 47 24.3 32 28 66 3.3 0.1 2.7/0.8 1.0 1.2 2.1 3.0 6.0
Moustapha DIARRA 50 25 16.2 47 0 62 3.1 0.5 2.3/1.6 0.3 1.7 0.1 5.9 4.9
Bryan PAMBA 49 5 15.8 37 25 41 1.4 0.0 1.7/2.1 1.0 1.4 1.9 4.1 3.3
Kingsley PINDA 46 2 14.3 41 41 78 0.8 0.1 1.9/1.8 0.5 0.8 0.4 5.7 3.1
ALM EVREUX BASKET 50 50 21.1 45 32 67 36.2 2.2 21.8/21.4 8.0 15.1 13.8 74.8 80.2

COSTENTIN ET DROUAULT TOUJOURS EBROÏCIENS

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

ALM-Lille (7)Ce n’est pas véritablement une surprise mais c’est toujours bon de le rappeler : Guillaume COSTENTIN et Pierre-Etienne DROUAULT seront toujours ébroïciens en 2014-2015 !

Les deux joueurs français étaient encore sous contrat avec l’ALM Evreux Basket et la reconduction du coach Rémy VALIN n’a fait que confirmer rapidement leur présence au sein de l’effectif eurois pour la saison prochaine.

Guillaume COSTENTIN taille patron

L’expérimenté arrière polyvalent Guillaume COSTENTIN (32 ans samedi dernier) va donc rempiler pour la quatrième saison consécutive dans son club formateur. Relais du coach sur le parquet, le capitaine de l’ALM Evreux Basket ne prouve pas ses qualités à travers ses statistiques (3 points à 33 %, dont 28.5 % à 3 points, 3.3 rebonds, 2.1 passes et 6 d’évaluation en 24 minutes de temps de jeu sur 48 matches) mais plutôt à travers son efficacité défensive et son sens du jeu. « Il est le meilleur défenseur de la division » dira de lui Rémy VALIN il y a quelques semaines. Formé à Saint-Brieuc et à Evreux, le natif de Vire a fait l’essentiel de sa carrière à Châtellerault (Nationale 2 de 2001 à 2003), puis surtout à Poitiers de la Nationale 1 à la Pro A de 2003 à 2011, avant de revenir sur les bords de l’Iton depuis 2011. Il a disputé 220 matches en Pro B et 54 matches en Pro A, soit 274 matches officiels en LNB, 143 avec Poitiers et 131 avec Evreux pour 154 victoires et 120 défaites. Guillaume COSTENTIN sera encore un pilier de l’équipe en 2014-2015.

Pierre-Etienne DROUAULT le lutin

Avec Lahaou KONATE, Pierre-Etienne DROUAULT (1.96 m) est un peu la révélation de l’année. Né au Mans il y a 23 ans, club où il a été formé de 2006 à 2011, le jeune ailier français s’est aguerri en Nationale 1 pendant deux saisons (2011-2013) avec l’équipe d’Angers coachée par l’ex-ébroïcien Vincent LAVANDIER, club qui pourrait bien retrouver la Pro B à l’issue du Final Four de Nationale 1 qui se déroule le week-end prochain. Il a disputé tous les matches de la saison régulière (44), entrant par 5 fois dans le cinq majeur, pour des statistiques très honorables : 6.8 points à 43 %, dont 34 % à 3 points, 2.5 rebonds, 1.5 passe décisive, 0.9 interception et 6.9 d’évaluation en 18 minutes de temps de jeu. Mais Pierre-Etienne DROUAULT s’est arraché au cours des 5 premiers matches de Play-Offs (il est un peu passé à travers samedi dernier à Bourg) : 5 fois dans le cinq de départ, 13.6 points à 47 %, dont 40 % à 3 points, 2.2 rebonds, 2.4 passes décisives, 1.4 interception et 13.2 d’évaluation en 27 minutes de temps de jeu. Pour ne rien gâcher, il signe un beau pourcentage aux lancers francs tout au long de la saison (78.7 %). On lui souhaite de rééditer ses excellentes prestations à Jean Fourré telles que face à Orchies (17 pts – 25 Eval), Rouen (20 pts – 24 Eval) et Bourg-en-Bresse (20 pts – 22 Eval). Ce n’est pas un hasard si Pierre-Etienne DROUAULT est en tête de notre sondage pour élire le meilleur joueur de l’année…

Nous devrions être assez rapidement fixés sur le sort de trois à quatre autres joueurs qui évoluaient dans l’équipe cette année et au gré des discussions entre supporters, nous nous surprenons à rêver au retour de quelques autres. Du rêve à la réalité, il n’y a parfois qu’un pas…

JYC

LES ECHOS VENUS D’AILLEURS

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

LA JL BOURG FAIT CHAVIRER EKINOX ET S’OUVRE LES PORTES D’UNE FINALE HISTORIQUE

play-offs_ALM-Portel (21)Au terme d’un match très offensif, mais toujours maîtrisé, la JL Bourg a conquis son billet pour la première finale de Pro B de son histoire. Après les demi-finales perdues en 2008 et 2009 face à Poitiers, elle retrouvera ce même adversaire dès jeudi à Ekinox. Et tout un peuple sera là pour pousser derrière elle, comme samedi soir.

Poitiers, les voilà ! Il y aura de la revanche dans l’air, à partir de jeudi, entre la JL Bourg, qualifiée pour sa première finale de Pro B aux dépens d’Évreux, et son ennemi intime, toujours coaché par Ruddy Nelhomme. Hier soir, on s’attendait à un match 3 haché entre deux des meilleures défenses du championnat. Il a viré à la démonstration offensive, maîtrisée de bout en bout par la « Jeu ».

Certains signes ne trompent pas en matière de motivation. En 45 secondes, Bassett avait déjà mis le curseur plus haut qu’à Évreux (4 points contre 3). Ses lancers francs arrachés dans la peinture, sur la première action, en disaient long sur son envie de se racheter. Dans une série où les entames de match ont toujours été déterminantes, ses partenaires étaient au diapason.

Comme l’orgueil et la rage ne font pas tout, l’adresse extérieure des Bressans leur permettait de contourner la défense individuelle proposée par l’ALM. Patients et appliqués, ils shootaient à trois points dans le bon tempo (5/9 dans le premier quart-temps). Sur la première tentative de Tanghe – excellent à Évreux et lancé sur les mêmes bases samedi – la JL Bourg se détachait (10-2, 4ème). Avant de commettre des erreurs individuelles en défense… Le tir de Walker et l’agressivité d’Ashaolu dans la peinture relançaient les visiteurs (12-11, 6ème).

Un répit de courte durée pour eux qui, à la mi-temps, avaient déjà concédé 55 points. Parce que le festival à 6,75 mètres des hommes de Frédéric Sarre continuait. Même Corre s’essayait avec réussite à cette distance (23-14, 9ème). L’ailier fort était encore à la conclusion d’un 8-0 pour son équipe, dans son registre cette fois (31-17, 12ème). La défense d’Évreux ne répondait plus dans le deuxième quart, en témoignent les 32 points concédés en dix minutes (55-39, 20ème).

Les solutions offensives venaient de partout pour la JL Bourg. Un tir primé de Bassett par ci, des lancers engrangés par Flowers ou un panier tout en force de Yango : le panel était large. Les Normands dépendaient beaucoup du trio Walker-Traoré-Ashaolu. Le jeu sur demi-terrain que leur imposaient les Bressans les gênait.

Mais l’ALM Évreux, habituée à ne rien lâcher, revenait à dix points (69-59, 27ème), profitant de quelques oublis défensifs bressans. La formation de Rémy Valin ne voulait pas tomber sans avoir vidé tous ses barillets, et ceux de Walker et Traoré étaient chargés pour la nuit. Booker assez discret, la « Jeu » s’en remettait à un Bassett clutch (82-70, 33ème).

Le Russell Westbrook burgien faisait lever Ekinox sur chacune de ses arabesques. Tout un club rêvait de goûter à la première finale de Pro B de son histoire. Elle donnait l’impression de ne pas pouvoir lui échapper. À six minutes du buzzer, Darnauzan ouvrait son compteur (90-76). Un coup d’œil au tableau d’affichage faisait apparaître un scoring très partagé.

Euphoriques, les joueurs de Frédéric Sarre exploraient le registre des passes. Le ballon volleyé par Booker était exploité par Corre, mais la passe dans le dos de Bassett terminait en touche. Ce petit jeu faisait perdre ses nerfs à Ashaolu, vexé et sorti pour cinq fautes (35ème).

« On est en finale, on est en finale », hurlait Ekinox après que Booker eut fait exploser la barre des 100 points sur deux lancers (101-90, 40ème).

Source Le progrès

L’ALM EVREUX SORT GRANDIE

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

play-offs_ALM-Portel (19)La saison 2013-2014 est terminée ! Vive la saison 2014-2015 !

Pour sa 27ème saison consécutive en LNB, l’ALM Evreux Basket s’en est bien sortie avec une 6ème place à l’issue du championnat de Pro B (25 victoires – 19 défaites) malgré une poule régionale très difficile puisque comprenant le champion de France Boulogne-sur-Mer et deux équipes disputant les Play-Offs (Poitiers et Le Portel), une demi-finale de Play-Offs honorablement perdue en trois manches face au second de Pro B, Bourg-en-Bresse (3 victoires – 3 défaites), sans oublier un huitième de finale de la Coupe de France face au Paris-Levallois (2 victoires – 1 défaite). Soit un total de 53 matches officiels, et un bilan positif de 30 victoires pour 23 défaites (56.6 %), le tout avec un effectif renouvelé à 80 %.

Les deux favoris pour le second ticket de Pro A sont donc au rendez-vous, Poitiers se qualifiant deux fois en deux manches sèches face à Fos-sur-Mer et Châlons-Reims et restant sur 13 victoires consécutives tandis que le tombeur d’Evreux (et de Hyères-Toulon), Bourg-en-Bresse, reste sur 12 victoires pour 1 défaite (contre Evreux à Jean Fourré). L’ALM Evreux Basket a donc participé aux Play-Offs pour la cinquième saison consécutive, s’est qualifiée pour les demi-finales pour la seconde saison consécutive et s’est offert un double bonus par rapport aux années précédentes : deux belles victoires dans son chaudron de Jean Fourré face au Portel et Bourg-en-Bresse et une élimination en trois manches.

Du côté du staff amicaliste, la saison se termine également dans la sérénité. Les sirènes du SPO Rouen n’ont finalement pas fonctionné et le Président ROSTOL doit être très heureux de conserver sa Directrice Administrative et Financière Elsa TOFFIN ainsi que son coach Rémy VALIN. Après des années de promesses non tenues et quelques leurres, la nouvelle municipalité a semble-t-il bien pris les choses en mains et apporté des garanties suffisantes à Rémy VALIN, soucieux de s’attaquer désormais à l’objectif Pro A.

Rémy VALIN va donc pouvoir préparer sa neuvième saison consécutive à l’ALM Evreux Basket, la huitième à la tête du groupe Pro. Le plus capé des entraîneurs ébroïciens totalise 274 matches officiels en LNB avec 149 victoires pour 125 défaites, 5 participations consécutives aux Play-Offs, 3 quarts de finale et 2 demi-finales. Il a révélé de nombreux joueurs américains (James MATHIS, Taron DOWNEY, Lamar KARIM, Nicholas POPE, Michael DOLES, Joshua GOMES, Calvin WATSON, Drake REED, Daviin DAVIS, Jeremiah WOOD, Clevin HANNAH, Samme GIVENS et Bobby-Anthony WALKER), mais il a su relancer de nombreux joueurs français tels que Charles KAHUDI, Eric MICOUD, Luc-Arthur VEBOBE, Philippe DA SILVA, Mory CORREA, Ludovic CHELLE, Teddy MAIZEROI, Steeve HO YOU FAT et Gary FLORIMONT. Que dire également de ses trouvailles comme Lahaou KONATE et cette saison Jean-Victor TRAORE et Pierre-Etienne DROUAULT ?!  On attend avec intérêt et impatience les premières confirmations de l’effectif 2014-2015 !

Finalement, l’ALM Evreux Basket sort grandie de cette saison 2013-2014, à tous points de vue.

JYC

BOURG – EVREUX : LA FEUILLE DE MATCH

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook
Demi-Finale de Play-Offs Pro B Belle – Samedi 24 Mai 2014

908ème match de l’ALM Evreux Basket en LNB

JL BOURG 101 – 90 ALM EVREUX BASKET

(23-17) (32-22) (MT 55-39) (19-23) (27-28)

Salle Ekinox – Environ 3600 spectateurs

Arbitrage de messieurs JANNEAU et PAIC

MVP DU MATCH : John FLOWERS (JL BOURG-EN-BRESSE)

Joueurs Min Tr/Tt 3Tr/3Tt 1Tr/1Tt Fc Fp Co RbO RbT In Bp Pd Pts Eval
Jean-Victor TRAORE 29 7/10 4/6 2/4 1 3 0 0 6 1 1 3 20 24
Samme GIVENS* 26 7/10 0/1 2/3 4 2 0 2 5 1 1 3 16 20
Bobby-Anthony WALKER* 35 7/15 5/10 1/2 2 3 1 0 3 0 3 6 20 18
Lesly BENGABER 23 4/5 2/3 3/3 3 4 0 2 3 1 1 2 13 17
Moustapha DIARRA 10 3/6 0/0 2/2 1 1 0 0 0 0 0 0 8 5
Guillaume COSTENTIN* 23 0/2 0/1 1/2 2 1 0 0 5 1 0 1 1 5
Olu ASHAOLU* 15 3/7 1/1 3/4 5 2 0 0 2 0 3 0 10 4
Bryan PAMBA 17 1/3 0/0 0/0 1 1 0 0 0 0 2 4 2 2
Kingsley PINDA 2 0/1 0/0 0/0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 - 1
Pierre-Etienne DROUAULT* 20 0/3 0/1 0/0 3 1 0 0 1 0 1 2 0 - 1
       
ALM EVREUX BASKET 200 32/62 12/23 14/20 22 19 1 4 25 4 12 21 90 93

 

Joueurs Min Tr/Tt 3Tr/3Tt 1Tr/1Tt Fc Fp Co RbO RbT In Bp Pd Pts Eval
John FLOWERS* 26 5/10 0/3 8/9 1 7 1 2 6 4 1 4 18 26
O’Darrien BASSETT* 31 6/8 4/5 3/5 1 3 0 0 1 1 3 5 19 19
Devin BOOKER* 25 2/3 0/0 2/2 3 3 0 1 9 0 0 1 6 15
Jérôme SANCHEZ 13 4/8 3/5 2/2 3 1 1 0 2 2 0 0 13 14
Kevin CORRE 20 5/8 1/1 1/1 4 1 0 0 1 1 3 4 12 12
Philippe BRAUD 10 3/3 2/2 0/0 0 0 0 0 1 0 0 0 8 9
Guillaume YANGO 15 2/4 0/0 5/5 1 3 0 1 2 0 0 0 9 9
Xavier GAILLOU* 23 2/3 2/2 0/0 2 2 0 0 1 0 1 4 6 9
Alexis TANGHE* 20 2/7 1/4 3/4 1 2 0 0 3 0 1 3 8 7
Simon DARNAUZAN 17 1/4 0/2 0/0 3 0 0 0 1 1 0 1 2 2
       
JL BOURG-EN-BRESSE 200 32/58 13/24 24/28 19 22 2 4 27 9 9 22 101 122

DEMI-FINALES PLAYOFFS BELLE

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Le tableau des demi-finales des Playoffs d’Accession (24 mai)

(Qualifié) JL Bourg-en-Bresse 101 – 90 ALM Evreux Basket 

 

UN BONUS POUR UNE BELLE

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Play-offs_ALM-Bourg (5)Ce n’est pas une victoire de raccroc que les joueurs de Rémy Valin ont obtenue jeudi soir, qui les aurait maintenus en état d’infériorité à la suite de la correction subie lors du match aller (96-67 à -29) avant la belle de ce samedi. Mais une grande et belle victoire tactique, mentale et physique, agrémentée d’un plaisir de jouer qui a fait merveille. Alors que se profile le … 50ème match officiel de Pro B de la saison (auquel il convient de rajouter les matches de préparation et de Coupe de France) cela mérite d’être souligné : les protégés de Rémy Valin ne sont pas encore au bout du rouleau, ils ont toujours l’envie et le physique, comme ils l’ont démontré face à la meilleure défense du championnat, qu’ils ont surclassée (eux étant la 2ème) dans ce domaine crucial. Les burgiens se sont-ils présentés un peu trop confiants après la démonstration du match aller ? C’est possible mais c’est leur problème. Il faudra donc une belle pour départager les deux équipes. Une chose est sûre : l’armada de l’Ain n’abordera pas ce match dans la peau de l’incontestable favori, mais juste avec l’avantage d’évoluer à domicile. Disons 55-45. Sans nul doute, les joueurs des bords de l’Iton se rendront en Bresse avec une idée derrière la tête… Un vrai miracle !  Comment le sorcier Rémy Valin a t’il fait pour fabriquer une telle équipe en si peu de temps ? Surtout avec tant de joueurs novices à ce niveau (le duo Jean Victor Traoré – Pierre-Étienne Drouault, si étincelant jeudi soir, évoluait encore à Angers en Nationale 1 et avec un trio américain totalement inconnu. Nul ne le sait, sinon lui, énorme travailleur, qui recherche chez ses joueurs non seulement un talent mais un état d’esprit.

Pour ne pas risquer de douter, les protégés de Rémy Valin démarrent le match en haut du guidon: B-A Walker, à la limite des 24 secondes prend ses responsabilités et marque, bientôt suivi par captain Guillaume Costentin, bien lancé par son meneur (4-0). C’est au tour de Pierre Étienne Drouault de prendre feu, en contre attaque, avec la planche, puis à 3 pts, répondant au seul John Flowers à mi-distance (9-2). Alors que le match vient à peine de commencer, P-E Drouault insiste, récupérant le ballon après deux échecs successifs de ses coéquipiers, puis il récupère encore un tir raté de peu en cloche de Samme Givens pour propulser les siens à 13-4. Déjà énorme avec ses 9 premiers points. Mettant ainsi tous ses coéquipiers en confiance. Samme Givens décale Guillaume Costentin qui allume (16-4 à la 5ème), le match ne pouvait pas mieux commencer… Drouault empêche encore un tir de rentrer, puis le jeu s’équilibre. Ce +12 on ne le retrouvera pas au bout des dix minutes (25-16) mais l’équipe veut le gagner ce match, c’est manifeste. Un seul bémol à cet instant : Moustapha Diarra qui venait de claquer le tir raté de son compère Drouault, écopait déjà de sa 3ème faute (en moins de deux minutes !!). On ne le reverra plus, le Mous, décevant sur le coup.  

Ce second quart temps démarre mal. Traoré vole un ballon mais il est sanctionné d’une faute, Philippe Braud en profite à mi-distance pour atténuer le score, puis Xavier Gaillou rapproche lui aussi les siens sur son 2+1 (25-21). Rémy Valin demande un temps mort. Mais son équipe ne se ressaisit pas. Bryan Pamba rate ses deux lancers francs, comme cela lui est trop souvent arrivé au cours de la saison et l’équipe ne parvient pas à maintenir son avance… Pire, elle la cède totalement: Gaillou, tout seul en contre attaque, puis le pistolero Philippe Braud mettent leur équipe devant pour la première fois du match (25-26 à la 13ème). Et c’est angoissant, tant cette équipe n’a encore rien montré jusqu’à présent. Elle est pourtant là et semble facile. Pamba rate encore sa pénétration. Heureusement, Kevin Corre rate à mi-distance et le caviar de Walker à Ashaolu, secoué par Jérôme Sanchez, permet à ce dernier, qui convertit un de ses deux lancers, de stopper l’hémorragie (26-26). Ce sera la dernière fois que l’équipe locale doutera. Kevin Corre rate encore à mi-distance et Jean Victor Traoré en filant au dunk réveille alors la salle et ses partenaires. Philippe Braud égalise toutefois, mais si Kingsley Pinda rate son tir ouvert de l’aile, sur l’action suivante, tout en glissant, il parvient à donner la balle à Ashaolu qui envoie Traoré au dunk, une fois encore, sur la tête de trois adversaires. Il n’en faut pas plus pour que toute une salle s’enflamme. Le panier acrobatique d’Ashaolu n’est pas accordé par les arbitres qui avaient sifflé avant, mais Olu convertit, comme à son habitude, ses deux lancers (32-28) avant de redonner de l’air aux siens, malin, après un petit pas de côté (34-28). Les locaux sont si bien revenus dans le match que B-A Walker envoie Victor Traoré au alley-oop, avant que P-E Drouault, décidément sublime, de l’aile, ne permette à ses partenaires de filer au vestiaire avec quelques certitudes (39-32 à la mi-temps).

Play-offs_ALM-Bourg (9)Rémy Valin reprend le match avec son cinq initial et une superbe action en triangle Drouault – Walker – Ashaolu permet à ce dernier de bien redémarrer la seconde période (41-32). Sauf que de ratés en ratés, Costentin qui échoue de peu de loin, Walker qui perd la balle dans sa pénétration, Traoré qui manque de réussite, les burgiens reviennent encore au score (42-40). Guillaume Yango est alors mystifié par Traoré et Ashaolu, au sein d’une défense retrouvée et Ashaolu, en se retournant, puis Traoré au … dunk (il en réussira cinq au total !!!) et encore Ashaolu, le voleur de ballon, qui envoie B-A Walker à l’arceau, redonnent de l’air à leur équipe (48-40). L’on n’a pas encore vu les vedettes de Bourg, toutes totalement annihilées, notamment O’Darrien Bassett (seulement 3 points à 1/6 au bout de 30 minutes) Simon Darnauzan (0 pt et pas une seule passe) ou Devin Booker et même John Flowers (9 pts mais à 4/9). Rémy Valin l’avait souligné avant-match: «Dans cette équipe, tous les postes sont doublés». C’est donc le grand Alexis Tanghe (2m05) qui s’y colle, par deux fois et de … loin (48-46 à la 26ème). Tout est de nouveau à refaire. Guillaume Costentin est sanctionné durement et proteste longuement auprès des arbitres, ce qui est rare chez lui, mais Lesly Bengaber remet de l’ordre dans les esprits en s’enfonçant avec détermination puis en marquant très haut avec la planche. Pas pour longtemps, Bassett trouvant enfin la mire de loin (50-49). Chaque équipe n’a besoin que d’un point pour trouver son bonheur, le suspense reste total. Si Bengaber échoue de loin, Pamba et Givens s’y mettent à deux pour voler un ballon et Samme marque enfin dans le champ, tandis que Bengaber, en se retournant et après un rebond offensif, maintient les siens devant (54-50).

Les protégés du président Rostol ne vont pas douter longtemps. Concentrés vers la victoire à tout prix. Bengaber fait déjouer Sanchez, Traoré contre Booker (il en réussira trois au cours du match) et Kingsley Pinda, d’abord avec un seul lancer sur une faute de Philippe Braud, file à toute allure vers l’arceau, cela fait 57-50. Puis bientôt 62-50 à la 33ème avec les deux lancers réussis par Jean Victor Traoré et le tir de l’aile, en première intention de Pinda, encore lui. Décisif au bon moment. Entre temps, l’équipe de Bourg surprend par son manque de lucidité, sur une perte de balle à la limite des 24 secondes, sans avoir tenté le tir. Une dernière fois, par Darnauzan, l’équipe burgienne va redescendre sous les 10 points d’écart (62-53) et les locaux qui tiennent leur victoire, vont à nouveau s’enflammer par l’inévitable Traoré, très haut avec la planche. Bryan Pamba agace en loupant encore ses deux lancers (0/4 au final !!!) mais il se rattrape en empêchant Sanchez de marquer (0/6 aux tirs pour ce dernier lors de ce match). Le coach Valin remet B-A Walker sur le parquet, qui met fin au suspense dans la foulée, bien décalé par Lesly Bengaber, son seul panier primé de la soirée, après six échecs (67-53 à la 35ème). Un peu plus loin, P-E Drouault, du coin de la salle, réussira son 3ème tir de loin (sur 3 tentatives) et à 77-61 à la 38ème, sûr de son fait, tout un public se mettra debout pour saluer ses gladiateurs, toujours vivants. Avant d’envahir le parquet, comme si l’équipe avait gagné la coupe d’Europe. Ivre de bonheur.

EBC