Derniers articles :
Journée N° 41
Aix Maurienne97 / 90 Boulazac
Hyères-Toulon70 / 80Bourg-en-Bresse
Le Portel89 / 100Denain
Lille79 / 66 Rouen
Nantes66 / 97Boulogne-sur-Mer
Orchies66 / 74EVREUX
Poitiers71 / 49 Souffelweyersheim
St Quentin99 / 97 Châlons-Reims
St Vallier100 / 66 Fos-sur-Mer
Journée N° 42
Bourg-en-Bresse- / - Lille
Châlons-Reims- / - Nantes
Denain- / - St Vallier
EVREUX- / - St Quentin
Fos-sur-Mer- / - Poitiers
Rouen- / - Le Portel
Boulazac- / - Hyères-Toulon
Boulogne-sur-Mer- / - Aix Maurienne
Souffelweyersheim- / - Orchies
Classement Championnat
ptsMJVDdomextPoCo
1Boulogne-sur-Mer71413011171333883111
2Châlons-Reims69412813151333493135
3Bourg-en-Bresse69412813161231042931
4Le Portel6441231815833013141
5EVREUX6441231815830932998
6Poitiers6441231816731253066
7Aix Maurienne6441231814932853299
8Fos-sur-Mer6341221916631153090
9Hyères-Toulon6241212013831023083
10St Quentin6241212013832703292
11Denain6141202112832243249
12Souffelweyersheim5941182310829122992
13Boulazac5841172411631833157
14Rouen5741162511529643138
15Nantes5641152611430743261
16Lille5541142711331603274
17Orchies554114279529873219
18St Vallier5441132810331063306

Sondage

Pensez-vous que l'ALM Evreux Basket participera aux Play-Offs ?

Résultats

Loading ... Loading ...

Météo

Evreux
20 avril 2014, 12 h 53 min
Surtout nuageux
Surtout nuageux
11°C
Vents : 1 m/s SSE
Prévisions 20 avril 2014
jour
Averses
Averses
16°C
Vents : 2 m/s ENE
nuit
 
Prévisions 21 avril 2014
jour
Surtout nuageux
Surtout nuageux
17°C
Vents : 1 m/s ESE
nuit
 
 

UNE BONNE AFFAIRE

EmailGoogle+TwitterFacebook

Le coach d’Évreux, il y a quelques semaines encore, salivait à l’idée du programme final de son équipe, se disant qu’à domicile (Le Portel puis Fos sur Mer, Saint Quentin et enfin Boulogne, soit des équipes de la première moitié de tableau) et à l’extérieur (Nantes puis Orchies et Souffelweyersheim, soit des équipes de bas de tableau), son équipe avait là de quoi se forger un caractère fort pour la fin de saison. Sans complexe face à des ténors, sachant tenir son rang face à des équipes présumées plus faibles. Et de bien se préparer, de la sorte, pour les play offs.

ALM-Le_Portel (2)Las, au moment d’entamer ce sprint final, il ne devait plus trouver ce programme idéal, mais plutôt à hauts risques, son équipe s’étant pris les pieds dans le tapis face à Chalons-Reims à la maison puis ayant encore perdu à l’extérieur à Denain et à Poitiers. De quoi se poser des questions à la fois sur son envie et sur son potentiel. Au point de se demander si elle était encore capable de défendre sa place au sein du Top 9. On ne dira pas qu’il n’en menait pas large au moment d’aborder les ch’tis du Portel, ce n’est pas le genre de la maison, on dira qu’il voulait savoir. Et il a su. Que son équipe ne manquait ni d’envie ni de talent, à la suite d’un match intense au niveau de l’entame, fait d’abnégation et d’entraide le reste du temps, empli de sang froid lors de ses temps faibles. Quand Le Portel est revenu à 43-39, lors d’actions qui frisaient la démonstration, toute une salle retenait sa respiration, se disant que ses protégés étaient à bout de souffle, mais non. Ils ont su rebondir, grâce à un Samme Givens stratosphérique, qui a fait monter à lui tout seul le score à… 51-39. Puis lors d’une action incroyable où Lesly Bengaber, parti à toute allure vers le panier, a délivré, comme au ralenti, une passe en cloche sublime à Pierre Étienne Drouault pour un panier à montrer dans toutes les écoles de basket. Vous l’aurez compris: ce match n’a pas été seulement une belle victoire, mais aussi un beau match. On voit cela en détail.

27 à 9 ! Non, vous ne rêvez pas ! Les amicalistes qui avaient pris la fâcheuse habitude de rater leurs débuts de matches ont littéralement assommé leurs adversaires, réduits au rôle de faire-valoirs. En prenant la tête par Bobby Walker à mi-distance (2-0) puis par Samme Givens, vexé d’avoir été mystifié par Charles Henri Bronchard sur l’action précédente (4-2). L’égalisation de Ronnie Taylor sera la dernière pour les ch’tis d’Éric Girard. Car les protégés de Rémy Valin vont mettre alors la sur-multipliée pour s’envoler au score, par Olu Ashaolu se jouant de Gary Chathuant, puis provoquant la 2ème faute de Charles Jackson et qui se montre énorme de volonté sous le panneau (8-4). C’est à genoux que Guillaume Costentin vole un ballon avant de délivrer sa 2ème passe décisive de la soirée à Givens, plein centre. Bryan Pamba, qui venait d’envoyer un bien mauvais ballon à Givens, se rattrape aussitôt en contre attaque, pour conclure un 10-0 avec son panier bonifié (14-4). Darnell Wilson stoppe l’hémorragie, qui repart de plus belle par le seul Givens, serrant le poing en convertissant son 2-1 et… les deux lancers suivants (19-6). Le match tourne alors à la démonstration. Si Benoit Mangin, de l’extrême aile, tente de remettre son équipe dans le droit chemin (19-9) Bobby Walker lui répond de la même manière dans la foulée ! Et d’envoyer un second missile dans la même minute (25-9 à la 9ème) pour déclencher un nouveau… 10-0 ! Si l’équipe est énorme en attaque, elle l’est aussi en défense où ils s’y mettent à quatre pour récupérer un ballon qui permet à Pierre-Étienne Drouault de gonfler le score en contre attaque. Il y a de longues minutes que l’on n’a pas entendu la fanfare des supporters du Portel, qui semblent autant assommés que leur équipe, d’une indigence rare. Que les protégés du président Rostol aient pu infliger une telle punition au 4ème du classement est déjà une bien belle surprise. Songez que si le score est alors de 27-9, les nordistes sont surclassés à l’évaluation (35 à… 3). Le duo Bobby Walker et Samme Givens a fait des ravages (18 pts et 21 à l’éval à eux deux). Mais gare à l’euphorie, un chtimi ne s’avoue jamais vaincu avant l’heure.

C’est un surprenant quintette que Rémy Valin renvoie sur le parquet, composé de Drouault, Kinsgley Pinda et Bengaber sur les lignes arrières et de Jean-Victor Traoré et Moustapha Diarra pour œuvrer sous les panneaux. Grâce à une énorme défense de Drouault sur Bronchard, Diarra porte le score à 29-9, son avance maximum. Mais les nordistes réagissent enfin, d’abord par Taylor de loin puis par Mathieu Wojciechowski, qui provoque la 3ème faute de Pinda (en 3 minutes) que l’on ne reverra plus de la soirée (29-14) provoquant le retour de Walker. L’équipe s’arc-boute en défense, Traoré signe son retour à Jean Fourré en s’aidant de la planche (31-14). D’interceptions en interceptions de part et d’autre, le match ressemble à du… volley. Mais l’équipe va prendre l’eau, sonnée par les fautes (déjà cinq fautes d’équipe à la 14ème) et son avance va fondre de 29-9 à 31-26 ! Bronchard (2 lancers) Jean Baptiste Maille (sur un 2+1) Armand Charles (de l’aile) redonnent des couleurs à leur équipe et à leurs supporters qui reprennent leurs chants (31-22 à la 16è)me puis bientôt 31-24, après que le contre d’Ashaolu, revenu aux affaires ne soit pas validé mais au contraire le panier accordé au Portel et après que son panier de funambule ne soit pas accordé non plus (un pied dehors?). Les portelois se jettent sur tous les ballons et ils réduisent encore le score par Wilson à mi-distance (31-26 donc sur un 0-12 qui remet totalement la victoire en question). Ashaolu, qui avait déjà vendangé deux lancers lors des dix premières minutes, en laisse encore un en route, mais cela suffit pour permettre à son équipe de repartir de l’avant. Cap’tain Costentin, toujours lucide, décale Walker qui réussit son 3ème tir primé de la soirée, Ashaolu, enfin en réussite, remet les siens à 37-26, avant que son contre soit encore refusé et… le panier accordé au Portel. Olu Ashaolu est passé par tous les états lors de ce quart temps et l’équipe du Portel est bien chanceuse de s’être rapprochée de la sorte.

ALM-Le_Portel (10)A l’extérieur de la salle, les supporters nordistes sont confiants («On ne les avait encore jamais vus rater un quart temps de cette manière, mais ils sont de retour et nous, on les connaît bien, on ne doute pas une seconde de la victoire»). Il y a de quoi être inquiet en effet, connaissant les doutes de l’équipe normande et la confiance en elle de celle du Nord. Si Ashaolu, d’emblée, porte de nouveau le score au-delà de la dizaine (39-28) le public d’Évreux voit peu à peu les ch’tis fondre sur ses protégés, par Mangin d’abord, puis Taylor et Bronchard (40-34). L’équipe semble encore victime d’une injustice losque le panier lointain de Walker n’est pas validé, l’arbitre ayant sifflé avant, mais Bryan Pamba le venge aussitôt. Les normands se sont ressaisis, comme en témoigne cette passe sublime de Givens à Ashaolu. Mais Olu, jeté au sol par Wilson, rate encore ses deux lancers. Enfin, tandis que Walker monte la balle, Givens est sanctionné d’une faute offensive, loin de l’action. Rien ne va plus à ce moment et Taylor en profite pour grignoter encore (43-37) tout comme Chathuant (43-39 à la 24ème). Cela tourne à la démonstration… inverse et Rémy Valin demande un temps mort. Bien lui en prend, car si Givens est empêché et si le tir d’Ashaolu pourtant bien démarqué par Bengaber ne veut pas rentrer, le suivant de Givens, qui se joue de Wilson et Chathuant, rentre enfin. Ils s’y mettent à trois pour voler le ballon suivant à Wilson et dans la salle, le son monte d’un ton. Lesly Bengaber délivre encore une sublime passe à Givens, qui s’envole ensuite très haut au rebond pour aller encore marquer (49-39). Les poulains de Rémy Valin ont du caractère et vont faire cavalier seul juste avant la pause, par Givens (heureux de réussir ses deux lancers en s’appliquant) Drouault (1 lancer) et Moustapha Diarra qui va intelligemment au rebond… sur le 2ème pour marquer de près. Et surtout sur cette action décrite plus haut entre Bengaber et Drouault (56-40). Ils s’y mettent à trois pour refuser l’accès à leur panier à Armand Charles qui est finalement contré par Traoré. Tout un public a la sensation d’avoir retrouvé son équipe. L’on se dit que ce match était finalement l’opposition idéale pour se redonner confiance.

Rémy Valin renvoie encore un cinq surprenant sur le parquet avec Costentin, Drouault, Bengaber, Traoré et Diarra. Ni l’équipe ni le public ne vont plus trembler durant le final, l’écart restant constamment autour de la quinzaine de points entre les deux équipes. Givens va se charger de l’accentuer (59-42), en route pour un match incroyablement abouti (22 pts à 7/11 et 7/9 aux lancers, 8 fautes provoquées, 7 rebonds, 4 interceptions, 4 passes décisives !). L’arbitre va encore refuser un panier pourtant incroyable à Ashaolu, sous le panneau, au prétexte d’un marcher à la réception d’une passe laser de Bengaber (il a été décidément maudit sur ce match le pauvre Olu, alternant les frustrations et les joies comme sur ce dunk monstrueux à 61-45) . Puis Bobby Walker va prendre le match à son compte pour le plier (66-49) se jouant d’abord de Chathuant puis de Wilson. Le dernier panier de Drouault qui file au dunk envoyé par Givens est un beau cadeau au public d’Évreux qui se lève comme un seul homme (70-55). La fin sera anecdotique, Bronchard et Taylor, sauvant le point avérage particulier. Mais pour le public ébroïcien et son nouveau maire Guy Lefrand, installé dans les tribunes auprès du 6ème homme avec son épouse, seule la victoire comptait.

EBC

EVREUX – LE PORTEL : LA FEUILLE DE MATCH

EmailGoogle+TwitterFacebook
38ème Journée de Pro B – Samedi 5 Avril 2014

896ème match de l’ALM Evreux Basket en LNB

ALM EVREUX BASKET 70 – 60 ESSM LE PORTEL

 (27-9) (10-19) (MT 37-28) (19-13) (14-19)

Salle Jean-Fourré – Environ 2000 spectateurs

Arbitrage de messieurs DIFALLAH & MELAB

MVP DU MATCH : Samme GIVENS (ALM EVREUX BASKET)

Joueurs Min Tr/Tt 3Tr/3Tt 1Tr/1Tt Fc Fp Co RbO RbT In Bp Pd Pts Eval
Samme GIVENS* 32 7/11 1/3 7/9 1 8 1 1 7 4 2 4 22 30
Bobby-Anthony WALKER* 32 5/12 3/6 5/5 2 4 0 0 0 2 1 7 18 19
Guillaume COSTENTIN* 25 0/2 0/2 0/0 4 0 0 1 6 2 2 4 0 8
Pierre-Etienne DROUAULT 22 3/8 0/2 1/2 1 1 0 2 7 0 2 1 7 7
Bryan PAMBA* 9 2/4 1/2 1/1 4 3 0 0 0 2 1 0 6 5
Olu ASHAOLU* 28 5/10 0/0 1/6 2 7 0 0 4 2 3 0 11 4
Lesly BENGABER 28 0/4 0/3 0/0 2 0 0 0 2 3 3 6 0 4
Moustapha DIARRA 12 2/2 0/0 0/0 1 1 1 3 3 0 5 0 4 3
Jean-Victor TRAORE 9 1/3 0/1 0/0 2 0 1 1 2 0 2 0 2 1
Kingsley PINDA 3 0/0 0/0 0/0 3 0 0 0 0 0 0 0 0 0
 
ALM EVREUX BASKET 200 25/56 5/19 15/23 22 24 3 8 31 15 21 22 70 81

 

Joueurs Min Tr/Tt 3Tr/3Tt 1Tr/1Tt Fc Fp Co RbO RbT In Bp Pd Pts Eval
Ronnie TAYLOR* 33 7/13 2/3 0/0 2 4 0 1 8 1 3 5 16 21
Jean-Baptiste MAILLE 16 2/3 0/1 1/1 2 1 0 1 3 2 4 1 5 6
Benoit MANGIN* 30 2/6 1/2 2/4 2 4 0 1 3 2 1 1 7 6
Armand CHARLES 12 2/4 1/2 0/0 3 0 0 1 2 0 1 1 5 5
Charles-Henri BRONCHARD* 30 3/9 1/3 2/2 2 2 0 1 4 0 2 0 9 5
Charles JACKSON* 16 2/3 0/0 1/2 4 1 0 1 3 1 4 0 5 3
Darnell WILSON 27 4/16 0/6 0/0 4 4 2 3 7 2 4 0 8 3
Gary CHATHUANT* 22 1/5 0/3 0/0 1 1 1 1 2 1 2 2 2 2
Mathieu WOJCIECHOWSKI 10 1/2 0/1 0/1 2 3 0 1 2 0 2 1 2 1
Amadou ABOUBAKAR ZAKI 4 0/0 0/0 1/2 2 2 0 0 0 0 1 0 1 - 1
       
ESSM LE PORTEL 200 24/61 5/21 7/12 24 22 3 11 34 9 24 11 60 51

QUITTE OU DRIBBLE

EmailGoogle+TwitterFacebook

DU HIC AU PATHOLOGIQUE …

Je ne ferai pas dans le pathos. Logique. Un jour, ils perdent. Un jour, ils gagnent. Le problème, c’est à l’export.

Le Ministère de l’ALM EVREUX BASKET semble peiner à les remettre sur les rail du développement extérieur. Et c’est durable !

Moi aussi, j’ai du chagrin. Si seulement ils prenaient la peine de gagner hors base, on y verrait une constructivité avérée et des efforts communément menés récompensés.

Alors … rien ne résonne en eux quand ça cloche ?

En un mot, mes chers concitoyens, comment redresser la barre avant que tout le monde en ait marre ? Faudrait savoir. Or, y savent pas.

Pourquoi, y s’y mettent pas tout de suite à faire le chien qui défend ? Y savent pas.

Pourquoi y sont pas pareils en territoire ennemi ? Y savent pas.

N’est-ce pas déroutant ? PIRE : très inquiétant.

Dans ces conditions, fini de discourir, faut agir. Et j’ai un programme. Si. Et c’est pas du cinéma.

Moi MHD, pour le bien du peuple Ébroïcien, j’organiserais des entraînements « Playoffs anticipés. C’est du conditionnement pour éviter l’assaisonnement. Mais qui n’y a pas pensé ?

Moi MHD, je prétends que ça leur ferait les pieds. Mais qui n’est pas navré ?

Moi MHD, je soutiens que ça leur permettrait de dégager une majorité de victoires en dehors du nichoir. Mais qui ça fait pas rêver ?

Moi MHD, je clame qu’il faut y croire sinon qu’est-ce qui reste comme espoir ? Mais qui me contredirait ?

Moi MHD, militante engagée. Mais qui oserait en douter ?

Votez MHD !

LES ECHOS VENUS D’AILLEURS

EmailGoogle+TwitterFacebook

S’INSTALLER DURABLEMENT DANS LE TOP 4

ALM-Le_Portel (6)Après les réceptions de Saint Vallier puis Lille mardi soir, l’ESSM reprend la route. Pas pour aller bien loin, puisque c’est Evreux qui attend les Portelois samedi. Une belle rencontre en perspective entre deux équipes qui disputent les play-offs. Les Normands, ces dernières semaines, sont un peu dans le dur. Ils se sont toutefois repris samedi face à Lille.

Depuis le début de l’année, l’ALM Evreux Basket est en mode diesel (6 victoires pour 9 défaites). Conséquence de ce parcours mi-figue mi-raisin : une 5ème place pour l’heure aux oubliettes et une 6ème place qu’il va falloir défendre au cours des sept dernières journées. A Jean-Fourré, les coéquipiers de Guillaume Constentin demeurent certes performants, malgré la déroute face à Châlons-Reims, mais leurs prochains adversaires Le Portel, Fos-sur-Mer, Saint Quentin et Boulogne-sur-Mer, incitent à la plus grande prudence. A l’extérieur, après huit défaites consécutives, que penser des trois derniers déplacements qui attendent les Ebroïciens à Nantes, Orchies et Souffelweyersheim… Il faudra bien quatre victoires en huit matches pour que l’ALM Evreux Basket décroche son ticket pour les play-offs. Le mois de Mars n’a pas trop souri aux hommes de Rémy Valin. Pour commencer, une défaite à Toulon (85-82), suivie d’une déculottée mémorable à la maison face à Châlons-Reims (59-79). Cette défaite avait dû laisser quelques traces car l’ALM Evreux s’est inclinée dans la foulée à Denain (85-80), pour ce qui devait être le match du rachat. Elle s’est finalement reprise une semaine plus tard, samedi, lors de la réception de Lille. Mardi soir, elle se déplaçait à Poitiers : défaite 76-66.

Pour expliquer ce coup de moins bien, on peut évoquer une infirmerie qui n’a pas désempli depuis Noël, avec trois joueurs en moins Guillaume Constentin, Jean-Victor Traoré et Lahaou Konaté. C’est un gros coup dur pour le dernier nommé. Konaté a dû mettre un terme à sa saison en raison de deux épaules « en vrac » pour la révélation de l’année sur les bords de l’Iton. Quant aux deux premiers, ils sont désormais opérationnels.

Fidèle à ses principes, le coach Rémy Valin a relancé l’arrière / ailier français Lesly Bengaber  (1,96 m , 34 ans), pour l’anecdote le cousin des frères Pietrus, qui sort de trois saisons à Antibes avec un titre de champion de France de Pro B l’an dernier. Le Guadeloupéen tournait à 5 points à 38%, 3 rebonds et 2,2 passes de moyenne en 18 minutes. Mais les excuses n’expliquent pas tout. Les protégés du président Rostol ont perdu les vertus individuelles et collectives qui ont pu faire leur force avant la trêve. Qui plus est, le trio « étranger » affiche des performances en dents de scie.

Tout le contraire des hommes d’Eric Girard qui restent sur une série de 6 victoires consécutives. Un tempo infernal qui pourrait se poursuivre. C’est que l’ESSM impressionne de plus en plus par son jeu.

Source : Site Internet Le Portel & Semaine dans le Boulonnais

LE JOURNAL DE PRO B

EmailGoogle+TwitterFacebook

Divers Rouen 8 février 2013 1AIX-MAURIENNE – DRAME de retour en Savoie !

L’AMSB, via un communiqué, a annoncé le retour au club de Mahamadou DRAME (27 ans, 1.88 m) en tant que pigiste médical de Joachim EKANGA-EHAWA. En effet, le combo-guard franco-malien a porté le maillot savoyard entre 2008 et 2010 et avait contribué à la saison exceptionnelle d’Aix-Maurienne en 2009-2010, qui avait échoué à un match de Bercy. Cette saison, le parisien a disputé 7 matchs avec Souffelweyersheim, comme pigiste de Frédéric MINET. Il y a compilé 5 points, 1.2 rebond pour 3 d’évaluation en 11 minutes. DRAME a joué à Fos-sur-Mer mardi soir mais n’a pu empêcher la lourde défaite de son équipe (74-50).

ORCHIES – Fin de saison pour PETROVIC

Samedi dernier, la soirée n’a pas été totalement parfaite pour Orchies. Si le club nordiste a fait trébucher sur son parquet de la Pubéco Pévèle Arena le leader Boulogne-sur-Mer et a par conséquent quitté la zone de relégation, le BCO a malheureusement perdu pour le restant de la saison son intérieur serbe Djordje PETROVIC (30 ans, 2.02 m). Le joueur s’est fracturé la main au cours du match et le club va devoir engager un pigiste. Un gros coup dur tant le serbe a démontré qu’il était un joueur solide de la division et ce, malgré l’arrivé de Marc SALYERS en cours de saison (13.4 points à 51 %, 4.3 rebonds, 1 passe pour 11.9 d’évaluation en 25 minutes). C’est donc sans un de ses cadres, que Orchies s’est incliné à Bourg-en-Bresse mardi soir (71-59).

MONACO EN PRO B

Facile vainqueur de Montbrison ce mardi (77-51), Monaco profite des défaites d’Angers à Blois (67-75) et de Charleville-Mézières à Rueil (95-105) pour verrouiller son ticket pour la Pro B. Avec six victoires d’avance sur ses poursuivants à cinq journées de la fin, l’ASM, qui compte 26 succès en 29 rencontres, ne peut plus être rejointe à la première place du classement. Déjà sacré champion de France de Nationale 2 (l’équivalent de la Pro B actuelle) en 1973, Monaco ne compte pas faire de vieux os dans l’antichambre. A coup sûr, l’ASM, qui sera toujours menée par Savo Vucevic, sera un des ténors de la prochaine saison de Pro B. 23 ans après avoir quitté la Pro A, fréquentée entre 1973 et 1975 puis de 1976 à 1991, l’objectif du club de la Principauté est clair : un retour rapide au sein de l’élite du basket français.

AS

DU MONDE DANS LE RETROVISEUR

EmailGoogle+TwitterFacebook

Huitième défaite consécutive à l’extérieur pour l’ALM Evreux Basket, cette fois à Poitiers (76-66) !

Il y a désormais du monde dans le rétroviseur, avec Fos-sur-Mer qui a rejoint les Normands aux points avec un point-average favorable (+ 10) aux hommes de Rémy VALIN en attendant le match retour à Jean Fourré le 11 avril prochain. Puis il y a Poitiers, à 1 point avec un point-average égal (291/291), et Hyères-Toulon, également à 1 point avec un point-average favorable aux normands (+ 4). Enfin, il y a Saint-Quentin qui pointe à 2 points et qui avant le match retour prévu à Jean Fourré le 25 avril prochain détient le point-average sur les ébroïciens (+ 8).

Tant que les coéquipiers de Guillaume COSTENTIN ne parviendront pas à s’imposer à l’extérieur, il est impératif qu’ils assurent dans leur salle pour espérer s’accrocher à la 6ème place. Mais avant de penser à triompher de Fos-sur-Mer ou encore de Saint-Quentin (de plus de 8 points), il va falloir négocier la très délicate réception de l’ESSM Le Portel, 4ème au classement et qui compte pas moins de 8 victoires en 10 matches (série de 6 victoires consécutives en cours), dont 2 obtenues à Saint-Quentin et à Hyères-Toulon. Autant dire qu’il aura une très grosse pression sur les épaules ébroïciennes samedi soir face à une équipe qui ne leur réussit guère cette saison (1 victoire pour 2 défaites et surtout 20 points de retard au point-average).

Encore du souci en perspective…

LE CLASSEMENT A L’ANGLAISE

Ce classement permet de situer les équipes les unes par rapport aux autres, quel que soit le nombre de matchs disputés à domicile ou à l’extérieur. Ce classement fonctionne de la manière suivante : Victoire à domicile ou Défaite à l’extérieur : 0 point – Victoire à l’extérieur : + 1 point – Défaite à domicile : – 1 point

1er – BOULOGNE-SUR-MER – CHÂLONS-REIMS : + 8 Points

3ème – BOURG-EN-BRESSE : + 5 Points

4ème – AIX-MAURIENNE – LE PORTEL : + 4 Points

6ème - EVREUX : + 2 Points

7ème – FOS-SUR-MER – POITIERS : + 1 Point

9ème – HYERES-TOULON – SAINT-QUENTIN : 0 Point

————————————————————————————————————

11ème – BOULAZAC - DENAIN : – 2 Points

13ème – SOUFFELWEYERSHEIM : – 3 Points

14ème – NANTES - ROUEN : – 4 Points

16ème – ORCHIES : – 5 Points

17ème – LILLE : – 6 Points

18ème – SAINT-VALLIER : – 7 Points

LES CLASSEMENTS :

6ème au GENERAL (37 matches – 20 victoires – 17 défaites / 54 %)

5ème à DOMICILE (18 matches – 14 victoires – 4 défaites / 78 %)

10ème à l’EXTERIEUR (19 matches – 6 victoires – 13 défaites / 32 %)

LE TABLEAU DE MARCHE MENSUEL :

SEPTEMBRE 2013 : 2 V – 1 D (214 – 195 / + 19)

OCTOBRE 2013 : 4 V – 2 D (456 – 440 / + 16)

NOVEMBRE 2013 : 4 V – 3 D (498 – 474 / + 24)

DECEMBRE 2013 : 4 V – 2 D (466 – 479 / – 13)

JANVIER 2014 : 1 V – 3 D (302 – 307 / – 5)

FEVRIER 2014 : 3 V – 2 D (405 – 368 / + 37)

MARS 2014 : 1 V – 3 D (307 – 323 / - 16)

AVRIL 2014 : 0 V – 1 D (66 – 76 / – 10)

SERIE EN COURS : 1 Victoire  – 4 Défaites

LE POINT-AVERAGE INDIVIDUEL :

CHÂLONS-REIMS : 1 V – 1 D (157 – 172 / - 15)

BOULOGNE-SUR-MER : 0 V – 3 D (229 – 253 / – 24)

BOURG-EN-BRESSE : 1 V – 1 D (149 – 149 / —)

LE PORTEL : 1 V – 2 D (229 – 249 / – 20)

AIX-MAURIENNE : 0 V – 2 D (140 – 153 / – 13)

FOS-SUR-MER : 1 V – 0 D (85 – 75 / + 10)

POITIERS : 2 V – 2 D (291 – 291 / – )

HYERES-TOULON : 1 V – 1 D (155 – 151 / + 4)

SAINT-QUENTIN : 0 V – 1 D (68 – 76 / – 8)

BOULAZAC : 2 V – 0 D (142 – 129 / + 13)

DENAIN : 1 V – 1 D (171 – 161 / + 10)

SOUFFELWEYERSHEIM : 1 V – 0 D (70 – 55 / + 15)

NANTES : 2 V – 1 D (225 – 210 / + 15)

ROUEN : 3 V – 1 D (288 – 268 / + 20)

ORCHIES : 1 V – 0 D (87 – 52 / + 35)

SAINT-VALLIER : 1 V – 1 D (150 – 148 / + 2)

LILLE : 2 V – 0 D (163 – 141 / + 22)  

POITIERS – EVREUX : LA FEUILLE DE MATCH

EmailGoogle+TwitterFacebook
37ème Journée de Pro B – Mardi 1er Avril 2014

895ème match de l’ALM Evreux Basket en LNB

POITIERS B 86 76 – 66 ALM EVREUX BASKET

 (15-27) (27-14) (MT 42-41) (17-11) (17-14)

Salle Saint-Eloi – Environ 2000 spectateurs

Arbitrage de messieurs LUBIENSKI & TARTARE

MVP DU MATCH : Jeff GREER (POITIERS BASKET 86)

Joueurs Min Tr/Tt 3Tr/3Tt 1Tr/1Tt Fc Fp Co RbO RbT In Bp Pd Pts Eval
Bobby-Anthony WALKER* 26 6/13 4/8 0/2 5 1 0 3 7 0 0 3 16 17
Samme GIVENS* 25 8/14 0/1 4/7 2 7 0 3 4 1 1 1 20 16
Olu ASHAOLU* 34 3/9 0/0 4/9 3 9 2 3 10 2 5 2 10 10
Jean-Victor TRAORE 16 2/5 2/4 0/0 1 0 0 0 4 0 0 1 6 8
Lesly BENGABER* 26 2/9 1/5 0/0 3 1 0 1 5 2 1 3 5 7
Kingsley PINDA 12 1/4 0/2 2/2 1 1 0 3 3 0 2 0 4 2
Pierre-Etienne DROUAULT 9 0/1 0/1 0/0 1 0 0 0 1 0 0 1 0 1
Bryan PAMBA 19 2/6 1/4 0/0 2 1 0 0 1 0 2 1 5 1
Moustapha DIARRA 6 0/1 0/0 0/0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 - 1
Guillaume COSTENTIN* 27 0/5 0/5 0/0 3 0 0 2 3 0 1 2 0 - 1
 
ALM EVREUX BASKET 200 24/67 8/30 10/20 22 20 2 15 38 5 12 14 66 60

 

Joueurs Min Tr/Tt 3Tr/3Tt 1Tr/1Tt Fc Fp Co RbO RbT In Bp Pd Pts Eval
Jeff GREER* 36 10/17 4/9 1/1 4 2 0 0 5 1 0 5 25 29
Laurence EKPERIGIN* 36 1/3 0/0 0/0 2 1 1 4 13 0 1 3 2 16
Arnauld THINON 17 4/5 3/4 0/0 5 1 0 0 1 0 0 4 11 15
Kevin HARLEY 32 4/7 1/1 6/8 3 7 0 2 4 1 2 1 15 14
Pierre-Yves GUILLARD* 28 3/10 2/7 1/3 2 6 2 1 4 1 2 4 9 9
Karim SOUCHU* 22 3/7 1/4 1/4 1 3 1 0 3 0 2 1 8 4
Justin INGRAM* 23 2/5 0/1 0/0 0 2 0 0 1 1 2 2 4 3
Mike JOSEPH 4 1/2 0/0 0/0 0 0 0 1 1 0 0 0 2 2
Moustapha FALL 2 0/0 0/0 0/0 3 0 0 0 0 0 1 0 0 - 1
Sébastien MICHINEAU 0 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -
 Etienne JOUMARD 0 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -
POITIERS BASKET 86 200 28/56 11/26 9/16 20 22 4 8 32 4 10 20 76 91

L’INTERVIEW D’EN FACE

EmailGoogle+TwitterFacebook

Benoît GILLET après le match contre LILLE du vendredi 28 Mars 2014

MHD : Bonsoir Benoît. Vous avez pensé que vous alliez gagner après la première mi-temps ? 

Benoît : Oui. Forcément. On y a cru. On était venu dans cette optique. On savait que ça allait être dur. Ce n’est jamais facile de venir gagner ici. Mais on lutte aussi pour le maintien. On essaie donc de gagner tous les matches.

MHD : Impressionnant aux tirs à 3 points.

Benoît : C’est vrai que j’en ai passé quelques-uns (5/8 à 62%). Après, tout n’est pas rentré. Il y en a que j’aurais pu mettre et qui auraient été plus importants. J’ai fait mon match mais ça ne sert à rien si la victoire n’est pas là. 

MHD : Mais que se passe-t-il en seconde mi-temps ? Ils resserrent la défense, ils sont meilleurs en attaque.

Benoît : Ils ont resserré la défense. Ils ont défendu très fort. Ils ont été très agressifs. Ils ont réussi à gagner des ballons et à courir derrière et avoir des paniers faciles en contre-attaque. Voilà. C’est surtout ça qui nous a fait mal en deuxième mi-temps.

MHD : Et qu’est-ce qui fait que vous n’avez pas répondu à cette agressivité ? Vous avez été un peu débordés ?   

Benoît : Ouais. On savait que ça allait être dur. On savait qu’EVREUX jouait comme ça. Ils mettent beaucoup d’agressivité en défense surtout chez eux, avec le public qui pousse. On n’a pas su répondre à ça. C’est dommage.

MHD : Pourtant, on le sait maintenant que lorsqu’ils se mettent à être agressifs, c’est des vrais chiens.

Benoît : On n’a pas su répondre présent. En première mi-temps, on est arrivé à les faire un peu déjouer sur notre défense. En seconde mi-temps, on savait qu’ils allaient revenir avec d’autres intentions.  Et on a déjoué.

MHD : Un peu déçu, évidemment …

Benoît : Oui. Et puis, dès qu’on perd un match, on ne sait pas ce que les autres vont faire derrière. Chaque match est important en fonction des objectifs de fin de saison de chaque équipe. Pour EVREUX, ce sont les Playoffs.

MHD : En tout cas, merci de t’être arrêté aussi sportivement.

MHD

LA CHRONIQUE DE L’INNOCENT SUR LE BANC

EmailGoogle+TwitterFacebook

Après le match contre LILLE du vendredi 28 Mars 2014, l’innocent sur le banc est Lahaou KONATE

ALM-Boulogne (23)Comment va-t-il ?

Bien remis de son opération récente à l’épaule. Il s’attendait à pire. Il a bien réagi. Dans ces conditions, je lui demande s’il a recommencé à boire, à fumer et à faire la fête. Sa réponse est claire et précise puisqu’en temps normal, il ne boit jamais, il ne fume jamais … rien n’est changé. Il fait juste des petits excès de fast food … Un truc de food … si j’ose dire !

Son analyse du match :

Une première mi-temps délicate. On ne se livre pas assez, on ne défend pas assez et en face, ils mettent de gros shoots. À la mi-temps, Rémy leur demande de réagir, de se lâcher et de prendre du plaisir à jouer, c’est-à-dire de jouer, tout simplement. Et c’est chose faite dès le 3ème quart-temps où on leur met un 6 – 0 (oui, dans la première minute). Et voilà, les chevaux sont lancés. Et là, on a pu voir le vrai visage de l’équipe : offensivement et défensivement, ils se sont lâchés. Ça courait, ça défendait. Ils ont donc super bien réagi en seconde mi-temps, ce qui fait qu’on gagne de 14 points (85-71). D’ailleurs, on a encaissé seulement 28 points en seconde mi-temps (18 points dans le troisième quart-temps – contre 26 marqués – et 10 points dans le quatrième quart-temps – contre 24 marqués). C’est plutôt cool pour nous. Maintenant, il va falloir faire ça tout le match. C’est ce qu’on répète depuis deux mois. Mais je pense qu’ils sont sur la bonne voie. Et dès le retour des vestiaires, j’ai senti leur envie de gagner. Ça se voyait qu’ils avaient bien compris le message du coach. Et surtout, qu’ils avaient l’envie de sortir de cette mauvaise spirale de 3 défaites d’affilée (contre HYÈRES-TOULON, contre CHÂLONS-REIMS et contre DENAIN).

Ton absence définitive pour cette saison les a peut-être déstabilisés ? 

Honnêtement, je ne sais pas répondre à ta question. Mais c’est vrai que Jean-Victor et moi sommes blessés et c’est difficile pour le groupe qui a été bâti sur dix joueurs capables de jouer toute la saison.

Tu es content d’eux ?

Oui. Je suis content. Franchement, j’aurais passé une sale soirée si on avait perdu contre LILLE  qui se bat pour le maintien et qui est pratiquement dernier. Ça aurait été difficile à accepter. Mais c’est difficile de les regarder jouer. Je suis un peu comme Rémy. C’est vrai que je comprends les réactions des coachs. Et quand tu vois les actions de jeu, tu as envie de les rejoindre sur le terrain. Mais bon. C’est comme ça. Mais je trépigne en silence car sinon ce ne serait pas bien pour le groupe que je me manifeste pendant le match. En revanche, quand j’ai un conseil à donner, j’y vais, comme tout à l’heure avec  Bryan. Je lui ai dit qu’il fallait qu’il reste dans son match et c’est comme ça qu’il a su montrer un autre visage en seconde mi-temps. En première mi-temps, il a perdu des balles, il a raté des petits tirs. Et souvent, quand on est en manque de confiance, il faut recadrer. Avec Jean-Victor, on lui a dit de se concentrer. Ce qu’il a fait : il a défendu et il a marqué ses points.

Bref … tu joues par procuration !

Exactement.  

Merci Lahaou.

MHD

EVREUX REMET LA PRESSION

EmailGoogle+TwitterFacebook

ALM-St_Vallier (4)D’aucuns diront que la hiérarchie a été respectée et rien de plus, après cette victoire acquise contre le 16ème de la division, toujours en lutte pour son maintien. D’autres diront qu’il s’agit là, en fait, d’un succès probant, face à une équipe qui venait d’engranger quatre victoires lors de ses cinq derniers matches. La vérité, comme souvent, se situe entre les deux. N’empêche que les joueurs de Rémy Valin se relancent dans leur quête de participation aux plays offs, qu’ils verrouillent un peu, puisqu’ils mettent le 9ème à deux victoires derrière eux (Saint Quentin battu par Poitiers qui le rejoint à cette place et où ils se rendront justement, lors de la prochaine journée, avec de la marge donc, une bonne soirée, c’est sûr !).

Il reste que l’équipe du président Rostol a présenté deux visages lors de ce match, où elle est apparue par moments résignée et même aux abois devant la réussite insolente de son adversaire, en 1ère mi-temps. (mais où elle a pu heureusement s’appuyer sur sa volonté et son jeu à l’intérieur pour rester au contact). Et où elle est revenue conquérante, comme on l’aime, en seconde mi-temps, étouffant alors son adversaire (lequel est passé de 15/24 aux tirs dont un superbe 10/17 sur les tirs extérieurs à 7/25 dont 3/15, brusquement). Tandis que l’ALM Evreux faisait l’inverse, sans négliger sa force et son jeu dessous, passant de 2/14 sur les tirs extérieurs à 6/11, comme par miracle, dés lors que… sa défense se faisait plus intense.

D’autres leçons sont à tirer de ce match. Privé une fois de plus de Jean-Victor Traoré et donc de cette rotation qui lui manque tant à l’intérieur (Victor étant le 2ème double-mètre de l’équipe) comme à l’extérieur (sachant en outre s’écarter de la raquette, grâce à son adresse), Rémy Valin a innové lors de ce match, en le démarrant sans «grand» mais avec Olu Ashaolu, de retour dans le cinq majeur et qui est parvenu à rester sur le parquet jusqu’à la dernière seconde, sans doute l’une des clefs de cette victoire, ce qui s’appelle un coaching gagnant. Oui Rémy Valin a innové en choisissant de démarrer avec ses deux meneurs, sans doute pour empêcher le duo adverse de nuire. Ce qui ne lui a réussi que partiellement dans un premier temps, le duo Aurélien Rigaux – Benoît Gillet, trouvant le moyen de délivrer 7 passes décisives durant ce quart temps. Puis plus du tout dans le suivant, la traction arrière de Lille (avec Émilien Barbry) cumulant alors 15 points (à 5/8 et déjà 10 passes décisives!). Il avait alors confié la défense de son panier à Guillaume Costentin et Samme Givens, dont ce n’est pas franchement le registre, mais qui s’y sont collés sans état-d’âme… (La preuve, John Fields, en face, n’a pas existé). Bref ! Une première mi-temps pas du tout enthousiasmante, c’est le moins que l’on puisse dire, mais où les prémices de la seconde s’annonçaient déjà. Il n’était pas possible que l’équipe de Lille puisse continuer à s’appuyer sur une telle adresse, si on l’en empêchait !

L’essentiel, si l’on considère que seul Pierre-Étienne Drouault (dont les stats, selon moi, ne reflètent pas l’impact qui a été le sien, tant il a été généreux et parfois diabolique) a participé à cette victoire, en soutien de son cinq majeur (car le trio Kinsley Pinda – Lesly Bengaber – Moustapha Diarra n’a joué que 33 minutes et a peu pesé avec 6 pts à 3/9 et seulement 5 à l’évaluation) on peut estimer que le coach, pour la première fois de la saison, a décidé de faire marcher la concurrence à fond, en s’appuyant sur un six-commando, pour ce soir, (un autre pour demain ?) surtout en 2ème mi-temps, pour faire sauter le verrou adverse et inverser la tendance. Sans nul doute, un nouvel état d’esprit s’est fait jour ce soir: le coach compte toujours sur l’ensemble des joueurs de son équipe (en espérant qu’ils soient bientôt à dix) mais le temps de jeu devra se mériter. En ce sens, cette victoire, qui était essentielle pour vaincre la spirale négative de ces derniers temps, risque de marquer les esprits dans les vestiaires. Le coach est déjà en mode «play-offs», c’est-à-dire en mode victoire à tout prix, qu’on se le dise. A ses joueurs de s’en imprégner. Je trouve que c’est une bonne nouvelle, sachant ce que l’absent de ce soir et ce que les… non-présents de la soirée peuvent apporter. Désormais, il ne s’agit plus de donner du temps de jeu à tout le monde, mais de ne compter que sur ceux qui aiment la victoire à tout prix et qui le démontrent. En ce sens, le trio américain de l’ALM Evreux, privé de temps de jeu cette saison (s’il avait évolué dans une autre équipe, il en aurait eu plus) a démontré ce soir, qu’il avait compris le message. Cette victoire, c’est aussi à lui qu’on la doit, il a été prépondérant acec 56 points à 19/33 et 61 à l’évaluation, rien que cela ! Au bon moment ? Je ne suis pas loin de le penser. Pour moi, cette victoire ne peut être que fédératrice. Les huit matches à venir nous inquiètent moins. Avec un tel état d’esprit de victoire à tout prix, notre équipe jouera bien encore, cette année, les play-offs.

Pour ce match, lorsque l’équipe de Lille, portée par son adresse extérieure, a été devant au score, elle a été correcte dans son comportement, alors que lorsqu’elle a été secouée par une défense plus serrée, elle s’est avérée plus brutale, voire méchante et dangereuse, par moments… (voir le nombre de fautes anti-sportives sifflées). Cette victoire est, selon moi, plus que méritée, le mérite de nos joueurs étant grand d’avoir su garder leur sang-froid et éviter la blessure. Je n’ai pas aimé ce comportement violent et agressif. Je ne nommerai aucun joueur de Lille en particulier, mais s’ils revoient ce match, ils se reconnaîtront. Cela délimite leur classement. Ils ont d’autres armes pour s’en sortir, qu’ils s’en servent. Pour ce qui concerne les nôtres, je retiendrai aussi deux situations. Celle où deux de nos joueurs se sont télescopés, une fois en défense, une fois en attaque. Le malheur a voulu qu’à chaque fois, cela se transforme en un panier adverse. Mais j’y ai vu une volonté à deux de ne pas céder, de ne pas perdre. Go ALM go, ce soir, vous êtes apparus sur la bonne voie. Comme je l’espérais, vous l’avez acquise nettement, bien loin du money time. Il reste 8 matches. Dés le prochain, à Poitiers, vous avez un nouvel objectif, celui de mettre fin aux défaites à l’extérieur.

EBC